Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est
15:08 2 décembre 2020 | mise à jour le: 2 décembre 2020 à 15:10 temps de lecture: 2 minutes

Dépôts sauvages: RDP-PAT serre la vis

Dépôts sauvages: RDP-PAT serre la vis
Photo: Archives/Métro MédiaRivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles décuple les amendes minimales imposées aux citoyens et entrepreneurs.

Pour contrer les dépôts sauvages qui se multiplient dans l’arrondissement, Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles décuple les amendes minimales imposées aux citoyens et entrepreneurs qui se débarrassent de leurs déchets le long des berges, sur le bord des routes ou dans les terrains vagues.

L’amende minimale pour une infraction au Règlement sur la propreté passe ainsi de 100$ à 1000$, jusqu’à un maximum de 2000$. En cas de récidive, un contrevenant devrait payer minimalement 2500$, jusqu’à concurrence de 4000$.

Pour les entreprises, l’amende minimale pour une première infraction passerait de 350$ à 2000$. En cas de récidive, elle serait de 4000$. L’amende maximale pourrait atteindre 6000$.

Selon l’arrondissement, les amoncellements de déchets sont devenus un «véritable fléau» à RDP-PAT, particulièrement pendant la dernière année. En plus de mobiliser inutilement les employés des travaux publics, ces dépôts sauvages risquent de contaminer les sols à long terme.

«On veut envoyer un message fort, indique la mairesse Caroline Bourgeois par voie de communiqué. Nos citoyens ont assez enduré ces dépôts sauvages qui nuisent à notre qualité de vie et même contaminent des terrains. La propreté est l’affaire de tous.»

Selon l’arrondissement, les mesures plus musclées découlent d’un processus entamé il y a près d’un an par Lisa Christensen, conseillère du district de La-Pointe-aux-Prairies.

«Les amendes étaient basses et ne semblaient pas dissuader les contrevenants, affirme par communiqué Mme Christensen. S’il se faisait attraper, quelqu’un qui jetait des déchets sur le bord de la route pouvait s’en tirer pour 100$. Il fallait à tout prix donner des dents à notre règlement», affirme la représentante.

L’arrondissement rappelle qu’il existe des alternatives responsables pour se débarrasser des matières résiduelles, comme les écocentres publics ou privés.

Les nouvelles mesures ont été adoptées à l’unanimité par les élus lors de la séance du conseil du 1er décembre.

Articles similaires