Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est

Le projet Courtepointe ouvre ses portes

Les élus lors du lancement du Projet Courtepointe Photo: Coralie Hodgson/Métro Média

Le Projet Courtepointe a officiellement ouvert ses portes au 12 009 Notre-Dame Est ce dimanche 6 juin. Des commerçants et organismes y accueilleront les citoyens au cours de la prochaine année, une première phase dans le projet de revitalisation du Vieux Pointe-aux-Trembles de la Société de développement Angus (SDA).

L’automne dernier, la SDA a annoncé avoir acquis plusieurs immeubles dans le cadre d’un projet immobilier voué à la revitalisation du Vieux Pointe-aux-Trembles. Or, il faudra du temps pour le mener à terme. En attendant, l’organisme Entremise a reçu le mandat de trouver des occupants transitoires dans certains de ces immeubles.

«On sent qu’il y a une nouvelle vie sur Notre-Dame. C’était un souci important de faire en sorte qu’avec l’acquisition des bâtiments, on ne vienne pas faire le contraire: on achète les bâtiments, les gens s’en vont et on empire la situation en termes de dévitalisation dans le secteur. On voulait tout de suite avoir un effet», a expliqué Stéphane Ricci, directeur de projet à la SDA, lors de l’ouverture officielle du local, le 6 juin.

Marie Renoux, référente d’occupation transitoire pour le Projet Courtepointe chez Entremise, a reçu de nombreux appels de candidatures depuis l’automne dernier. Elle explique que les occupants devaient notamment avoir le désir de cogérer l’espace, ce qui n’est pas toujours «facile». Offrir une diversité de services et de commerces était aussi important, ce qui permet aussi d’éviter que les entreprises «se fassent compétition entre eux».

Se (re)lancer en affaires

Le projet situé dans l’ancien local d’A. Roy Sports offre un nouveau départ aux trois copropriétaires du Café les fraîches. Celles-ci avaient décidé de quitter leur local de la rue Victoria il y a environ deux mois. «La pandémie, ça change beaucoup l’achalandage. La réalité, c’est que [l’ancien] local nous convenait un peu moins côté loyer», soutient Mélodie Desjardins. Les trois femmes, qui gèrent aussi leur épicerie dans le bout de l’île, verront comment les choses évoluent, mais «aimeraient poursuivre avec le projet» de façon pérenne, soutient Johanne Lussier.

Se regrouper pour assumer les frais de location d’un local est une idée qui plait à Jondray Roy, cofondatrice de Neuf Printemps – Friperie bienveillante. «Quand on est en démarrage, c’est parfait pour tester le marché», explique celle qui lance une boutique de vêtements de seconde main «de style vintage et boho chic» avec sa collègue Léa Desloges Lefebvre. Les deux femmes avaient déjà fait une vente « pop up», mais il s’agira de leur premier essai permanent.

C’est également un premier saut en affaires pour Colombe Trottier et Francine Dion, qui lancent Franco Art. En plus de vendre leurs créations artisanales, les deux Pointelièrers donneront des ateliers de tricot, de crochet et de tissage.

Bien qu’il soit situé de l’autre côté de la rue, le commerce zéro déchet aux p’tits bocaux, ouvert depuis deux mois, fait également parti du Projet Courtepointe.

Des organismes à Courtepointe

L’éco de la Pointe-aux-Prairies y ouvrira également un premier point de service à Pointe-aux-Trembles. C’est l’occasion d’étendre ses services au-delà de Rivière-des-Prairies. Certains produits en consigne de l’organisme seront d’ailleurs vendus dans la boutique Aux p’tits bocaux, explique Joany Nuckle, directrice par intérim de l’ÉcoPAP.

L’organisme Accueil aux Immigrants de l’Est de Montréal (AIEM) s’y installe aussi. L’organisme a déjà un bureau dans la Corporation Mainbourg, «mais avec ce point de service, c’est plus accessible», soutient Sarahy Gonzalez Mosquera, conseillère Accueil, Installation et Intégration pour l’organisme.

Selon Marie Renoux, il reste toujours 2000 pieds carrés de superficie à louer dans le local de Courtepointe.

Un projet phare

Lors du lancement du projet Courtepointe, les élus étaient au rendez-vous. La députée de Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, a évoqué les «nombreux projets en train de se mettre en place» pour la revitalisation de l’Est. «Le Vieux-Pointe-aux-Trembles, c’est un des projets phares dans l’Est. Il va permettre de remettre l’Est à la place qui lui revient.» La ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal a affirmé que le REM de l’Est sera un point important de cette revitalisation.

Caroline Bourgeois, mairesse de l’arrondissement RDP-PAT, a évoqué sa fierté que l’arrondissement prenne part à la revitalisation. «Ce qui est extraordinaire, c’est que des partenaires aient embarqué et dit : « nous on y croit aux Vieux-Pointe-aux-Trembles. On croit de venir avec vous, et porter vos aspirations. »»

«Depuis des années, on entend parler de plusieurs projets de développement pour revitaliser le Vieux-Pointe-aux-Trembles. Maintenant, on arrive à une nouvelle étape», a affirmé Mario Beaulieu, député fédéral de La Pointe-de-l’île, ajoutant qu’un «projet de développement immobilier écologique» aidera à établir une offre commerciale «bonifiée et durable».

Le projet Courtepointe est réalisé en partenariat avec PME MTL Est-de-l’Île, l’arrondissement RDP-PAT, la SDA, Entremise et ses occupants.

Articles récents du même sujet