Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est

Québec octroie 100 000$ pour la prévention de la criminalité à RDP-PAT

Les sommes seront partagées entre l'arrondissement RDP-PAT et l'organisme Les ballons intensifs. Photo: Coralie Hodgson / Métro

L’organisme Les ballons intensifs et l’arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles se partageront une enveloppe de 100 000$ afin d’offrir des solutions de rechange à la délinquance aux jeunes plus vulnérables par le déploiement d’activités leur permettant de rayonner, tels le slam, le hip-hop et le basketball.

L’organisme Les ballons intensifs (LBI), qui offre des camps gratuits de basketball et de soccer à des jeunes de 11 à 19 ans à Pointe-aux-Trembles, recevra 50 000$. Le financement lui permettra de bonifier ses camps d’été, mais aussi d’étendre son offre de service après l’été, notamment par le biais d’ateliers sportifs, d’engagement, et en lien avec la culture.

«On veut mettre de l’avant les jeunes qui contribuent positivement dans leur communauté, et les transformer en modèles positifs, pour que les plus jeunes puissent suivre», soutient le directeur général de l’organisme, Ernest Edmond, soulignant l’influence positive que peuvent avoir les athlètes chez les jeunes.

La Bibliothèque et la Maison de la culture de Rivière-des-Prairies recevront elles aussi 50 000$. Le financement leur permettra de déployer un projet sur deux ans comprenant des activités de slam, de danse et de cultures urbaines pour des jeunes vulnérables de 12 à 17 ans.

«La prévention, c’est là-dessus qu’il faut mettre énormément de moyens, d’outils, d’activités. L’aide du gouvernement s’ajoute à tout ce qu’on a mis en place dans l’arrondissement, et c’est très apprécié», soutient la mairesse d’arrondissement, Caroline Bourgeois.

Faire face à la montée de la violence dans la métropole

Ces montants font partie d’un financement total de 2,25 M$ pour la réalisation d’actions en prévention de la criminalité, dont 1,3 M$ est attribué à Montréal. Le financement s’inscrit dans le cadre du Programme de prévention de la délinquance par les sports, les arts et la culture (PPDSAC).

«On sait qu’on a eu des épisodes de violence […], et on agit pour l’apaiser. Il faut que nos jeunes sentent qu’ils sont bien encadrés, qu’on les amène vers autre chose: le sport, la culture, de pouvoir être avec ses pairs, ses amis, en faisant quelque chose de plus valorisant», soutient Chantal Rouleau, ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal.

Inquiète de la prolifération des actes violents dans la métropole, Daphney Colin, conseillère d’arrondissement de La Pointe-aux-Prairies et présidente du comité sur la sécurité publique, renchérit qu’au-delà des actions du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), il faut «plus de coopération à travers les organismes, les centres de services scolaires, la société civile et les organismes, pour encadrer les jeunes», même avant l’adolescence.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Pointe-aux-trembles & Montréal-Est.

Articles récents du même sujet