Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est

Des camps de jour pour tous les enfants

Les contributions financières accordées aux quatre organismes ont pour objectif d’améliorer l’accès aux services municipaux pour l’ensemble de la population du territoire de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles. Photo: iStock, Cindy Murray

Quatre organismes du territoire de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles bénéficieront d’une somme totale de 18 600 $, accordée par le conseil d’arrondissement le 5 juillet dernier, qui bonifiera le soutien offert par le volet municipal et provincial.

Ces organismes sont Loisirs communautaires Le Relais du Bout, Équipe RDP, Centre leadership pour la jeunesse Don Bosco et Société Ressources-Loisirs de Pointe-aux-Trembles.

L’aide financière ainsi répartie leur permettra d’accueillir cette année 120 enfants avec des limitations fonctionnelles au sein de leur camp de jour, en leur offrant le soutien exclusif d’une personne accompagnatrice durant toute la période estivale.

Ce service spécialisé d’accompagnement permet ainsi la participation équitable de jeunes ayant une déficience – physique, auditive, visuelle, intellectuelle, autiste et/ou psychique.

Des places populaires

«Actuellement, il y a une dizaine d’enfants qui profite du programme et il y a de plus en plus de demandes», affirme le directeur général de Loisirs communautaires Le Relais du Bout, Michel Parent. La création d’une liste d’attente par l’organisme à but non lucratif (OBNL) en témoigne.

Quant à l’ampleur du financement, Michel Parent soutient que la somme de 7000 $ qui leur est attribuée est significative.

«C’est sûr qu’on pourrait toujours en avoir plus, mais je suis sûr que l’Arrondissement fait toujours son possible pour nous aider. J’en suis convaincu.»

Le directeur général de la Société Ressources-Loisir de Pointe-aux-Trembles, Daniel Gratton, n’abonde pas dans le même sens que son homologue.

«Tout le monde fait son possible, mais ce n’est pas beaucoup pour les besoins qu’il y a. Le financement public n’est vraiment pas suffisant et ne l’a jamais été.»

Mieux répondre aux besoins

Daniel Gratton croit qu’il y a une réelle disparité entre la «demande très importante au niveau des jeunes avec des limitations fonctionnelles» qui désirent participer aux camps de jour organisés par les OBNL et l’aide reçue.

Selon lui, une révision des contributions financières s’imposerait afin qu’elles soient cohérentes avec la réalité des organismes qui accueillent ces jeunes et qui voudraient ouvrir leurs portes à un plus grand nombre.

«Les gens qui donnent des subventions devraient regarder le coût que ça implique de pouvoir s’occuper de ces jeunes et donner l’argent d’une façon réaliste aux organismes qui s’en occupent.»

Un montant de 3500 $ a été attribué par le conseil d’arrondissement à la Société Ressources-Loisirs de Pointe-aux-Trembles, soit la moitié de la subvention reçue par les Loisirs communautaires Le Relais du Bout et Équipe RDP.

«Toute l’aide qui est disponible, on la prend et on est heureux de l’avoir, mais c’est important que les subventions soient données selon les besoins spécifiques ou réels que ça comporte de s’occuper de ces enfants», explique M. Gratton.

Cette contribution financière a été approuvée par le conseil d’arrondissement dans le cadre du Programme d’accompagnement en loisir de l’île de Montréal (PALIM), destiné à favoriser l’inclusion sociale des enfants et adultes ayant des limitations fonctionnelles par la bonification de l’offre de service en loisir universellement accessible.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Pointe-aux-trembles & Montréal-Est.

Articles récents du même sujet