Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est
13:14 22 juillet 2014 | mise à jour le: 22 juillet 2014 à 13:14 temps de lecture: 3 minutes

Un besoin criant de familles d’accueil à Montréal

Seules 12 familles d’accueil ont pu être recrutées l’année dernière par le Centre jeunesse de Montréal (CJM). Même avec ce nombre de familles, le CJM ne peut pas répondre pas à la demande actuelle. Selon l’établissement, ce sont les enfants entre zéro et cinq ans qui ont le plus de difficulté à trouver une famille.

« Contrairement à ce que les gens peuvent penser, la plupart des familles préfèrent accueillir des adolescents, explique Nadine Thiffault, intervenante au CJM. Les petits demandent deux fois plus d’attention et ils ont souvent des problèmes de comportement, alors peu de familles sont prêtes à s’en occuper. »

Le dernier rapport annuel du CJM publié en mars dernier, dévoile que le territoire de Montréal comptait sur la présence de 560 familles d’accueil, soit 1200 places pour des enfants en difficulté.

« Il est difficile de chiffrer précisément le nombre de familles dont nous avons besoin car les places offertes sont différentes d’une famille à l’autre, signale Mme Thiffault. L’idéal, c’est d’avoir des familles prêtes à accueillir des enfants de tous âges pour bien les répartir et nous assurer qu’il y a toujours des places disponibles. »

Familles d’accueil recherchés dans l’Ouest

Présentement, le CJM est en pénurie de familles dans l’ouest de la ville, ainsi que des familles multiculturelles.

« Nous sommes à la recherche de familles prêtes à accueillir des jeunes enfants et des familles d’autres pays qui parlent d’autres langues telles que l’espagnol ou l’arabe, soutient l’intervenante. Il ne faut pas avoir peur, prendre soin d’un enfant en difficulté est un travail d’équipe. Les parents d’accueil ne sont jamais laissés à eux-mêmes et il y a beaucoup de ressources disponibles. »

Elle ajoute que les familles d’accueil sont « une ressource inestimable » pour le CJM et pour la société en général.

« Ces enfants ont souvent été victimes de négligence ou de mauvais traitement. Les familles d’accueil sont là pour leur permettre d’évoluer dans un milieu sécurisant et chaleureux, dit-elle. De plus, les conditions des familles d’accueil ont été bonifiées. Il y a plein de bonnes raisons pour faire le saut et aider ces enfants. »

Pour avoir plus d’information sur les démarches pour devenir une famille d’accueil, on contacte Louise Landry, au 514 356-5435, ou à l’adresse louise.landry@cjm-iu.qc.ca

 

À lire également:

– Meilleure famille d’accueil au Canada: un couple de Pointe-aux-Trembles recompensé

 

Articles similaires