Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est

Élections: une lutte «beaucoup plus serrée que prévu» à la Pointe-de-l’Île

La tension est au rendez-vous pour cette soirée électorale où une lutte très serrée entre le Nouveau Parti démocratique (NPD) et le Bloc québécois s’annonce à la Pointe-de-l’Île. Les équipes de bénévoles des deux partis travaillent d’arrache-pied depuis ce matin afin de convaincre les indécis d’aller aux urnes pour voter.

Lors de notre passage au bureau de la candidate Ève Péclet du NPD, une dizaine de bénévoles s’affairaient à contacter des citoyens pour les convaincre d’aller voter.

Selon Jean-François Houde, l’un des militants du parti dans la circonscription, ils n’étaient pas les seuls. Au total, une cinquantaine de personnes sont sur le terrain en train de faire campagne pour la candidate néodémocrate dans la circonscription.

«Nous sommes très optimistes et nous avons très hâte de connaître les résultats du vote. Nous savons que nous avons toutes les chances de notre côté», commente M. Houde.

Pour sa part, Hugo Fontaine, coordonnateur des bénévoles du parti au comté, se dit optimiste, mais admet que la lutte a été «beaucoup plus serrée qu’on le pensait».

«Nous avons travaillé très fort tout au long de la campagne afin de nous assurer qu’Ève  soit réélue. Elle a fait un très beau travail de terrain et je suis certain que cela portera fruit car les citoyens se souviendront de cela au moment d’aller voter», dit-il.

Du côté du candidat Mario Beaulieu, près de 130 bénévoles, répartis dans plusieurs points de la circonscription, travaillent toujours à essayer de convaincre les électeurs de donner leur confiance à M. Beaulieu.

«On ne lâche pas. La lutte a été serrée, mais nous avons le vent de notre côté. Il y a eu une forte mobilisation bloquiste dans la circonscription. Nous sommes fatigués oui, cela a été une très longue campagne, mais c’est le dernier petit coup à donner avant de remporter la victoire», explique pour sa part le directeur de campagne de M. Beaulieu.

Les bureaux de vote plus achalandés le soir

Les superviseurs des bureaux de vote de la circonscription visités par TC Media affirment que la journée a été calme, mais les files ne se sont pas fait attendre le soir.

«C’est le rush en ce moment. Les gens n’arrêtent pas de rentrer. Depuis 17 h que c’est comme ça. Les gens viennent toujours voter après leur journée de travail, alors on ne lâche pas», explique Gilles Laverdure, au bureau de vote du centre Roussin.

Même son de cloche du côté du centre récréatif de Montréal-Est.

«Ça n’arrête pas depuis la fin de l’après-midi. Les gens se sont déplacés en grand nombre, alors nous sommes très occupés», dit-il.

Il ajoute que la journée s’est déroulée dans le calme et qu’aucun événement majeur n’est à signaler.

«Il y a eu deux ou trois personnes qui sont venues voter avec le visage couvert, en portant des cagoules, ou des foulards, mais c’est à peu près tout», conclut-il.

 

Articles récents du même sujet