Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est

Des cheerleaders de PAT représenteront le Québec aux États-Unis

Photo: Samantha Velandia/TC Media

Après avoir remporté la première place au championnat Adrénaline tenu voilà quelques semaines à Sainte-Hyacinthe, l’équipe de cheerleading Les Lynx de l’école Daniel-Johnson à Pointe-aux-Trembles, représentera le Québec lors du championnat International cheer union qui se tiendra au mois de février à Orlando.

Une excellente nouvelle pour les 23 membres de la formation qui devront affronter des cheerleaders en provenance de 70 pays.

«Nous savons qu’il y aura des athlètes de très haut calibre à cette compétition et c’est pour cette raison que nous mettons tous nos efforts dans nos entraînements», explique Sonia Mercier, entraîneuse des Lynx.

Les jeunes cheerleaders se disent toutefois «réalistes» quant à leurs attentes lors de cette compétition internationale.

«Nous ne nous attendons pas nécessairement à gagner, mais c’est sûr que nous allons donner notre 100%, explique la jeune athlète, Émilie Croteau, En cheerleading on a une expression : « nous voulons hit » lors de cette compétition, soit miser plutôt sur la performance et non sur les prix à gagner.»

Adrénaline, stress, excitation, ce sont les mots soulevés par les jeunes cheerleaders qui prendront part à cette compétition les 6 et 7 février prochains.

«Nous avons très hâte de relever ce défi ensemble. Nous avons un bon esprit d’équipe, mais notre but premier est surtout d’avoir du plaisir», souligne Mélanie Lemieux, entraîneuse-assistante de l’équipe.

Un sport exigeant
Questionnés face aux nombreux préjugés entourant les cheerleaders, les Lynx se sont décrits comme étant «des vrais athlètes».

«J’ai fait deux ans et demi de football contact et je peux dire que d’un point de vue physique, le cheerleading est tout aussi exigeant, sinon plus, indique Marc-Antoine Carrière, l’un de trois cheerleaders masculins de l’équipe. Il faut être assidu, discipliné et surtout en forme si on veut réussir dans ce sport.»

Une opinion qui fait le consensus auprès de ses collègues dans l’équipe.

«C’est un sport épuisant où il faut avoir de l’endurance, de la souplesse, de la force musculaire et il faut aussi avoir un bon cardio. C’est une discipline très complète et c’est pour ça que je continue d’en faire», souligne la cheerleader, Jade Lafond.

Plusieurs acitivités de financement ont été mises en place par les membres de l’équipe, dont de l’emballage aux épiceries du secteur et un souper spaghetti afin de financer leur voyage en Floride.

 

Articles récents du même sujet