Rivière-des-Prairies

Affaire Sanimax: Coderre s’en mêle

Le maire de Montréal et chef d'Équipe Denis Coderre pour Montréal annonce les candidats de son parti pour Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles le 19 juillet 2017, à la Place du Village de la Pointe-aux-Trembles. Photo: Mario Beauregard / Métro

Le maire de Montréal a donné son appui aux revendications de résidents de Rivière-des-Prairies excédés par des mauvaises odeurs émanant de l’usine d’équarrissage de l’entreprise Sanimax.

«Je vais m’en occuper», a assuré Denis Coderre, venu annoncer les candidats de son parti dans l’arrondissement Rivière-des-Prairies–Trembles.

Plus tôt en matinée, le maire a rencontré un groupe de résidents qui l’avait interpellé publiquement une semaine auparavant afin de solliciter son intervention.

Depuis des années, des résidents se plaignent d’odeurs émanant de l’usine de Sanimax et de déversements de carcasses d’animaux dans la rue. La mairesse d’arrondissement Chantal Rouleau et le conseiller d’arrondissement Manuel Guedes déplorent aussi un non-respect de la réglementation municipale. L’entreprise conteste en cour plusieurs contraventions totalisant des centaines de milliers de dollars.

«On va regarder ça. On veut s’assurer que les gens aient un milieu de vie décent. Et le développement économique doit aller de pair avec le développement durable. Je veux remercier Chantal et Manuel pour leur travail colossal. Vous avez l’appui du maire de Montréal», a ajouté M. Coderre mercredi.

Invitation
Pour sa part, l’entreprise spécialisée en récupération de sous-produits alimentaires invite le maire de Montréal à une visite ainsi qu’à une rencontre.

«J’inviterais le maire Coderre à venir nous visiter, à voir nos plans d’action en place et ce qu’on fait comme service essentiel», a déclaré le directeur général Éric Caputo.

Sanimax entend continuer de collaborer avec les élus et la population. Même si elle est déçue, l’entreprise comprend que des citoyens ne voient pas de progrès apportés par quelque 70 M$ d’investissement au cours des 15 dernières années, ajoute M. Caputo.

Articles récents du même sujet