Actualités

Trente ans de défense des droits des aînés dans l’est de Montréal

Trente ans de défense des droits des aînés dans l’est de Montréal
Photo: Nicolas Ledain / Informateur de RDP

L’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées de la Pointe-de-l’Île (AQDR PDÎ) célèbre ses trente ans cet été. Si les enjeux ont évolué depuis 1988, le dynamisme n’a jamais failli au sein de cette instance mobilisatrice.

Que ce soit sur des dossiers sociaux, économiques ou politiques ou pour porter des projets pour la santé, les loisirs ou la culture, l’AQDR PDÎ a toujours fait entendre sa voix dans l’est de Montréal.

«Il y a eu par exemple le litige de la résidence Champlain [en 1990], l’opposition à la mise en place de la TPS [en 1991], la mobilisation contre la ligne à haute tension d’Hydro-Québec [en 1996] ou plus récemment les rassemblements pour le financement des organismes communautaires… À chaque fois, on s’implique, on participe et on organise», illustre Diane Lamontagne, secrétaire du conseil d’administration de l’AQDR-PDÎ.

Investie et passionnée dans ce combat pour les droits des personnes retraitées, Mme Lamontagne s’est plongée dans le passé pour célébrer ce trentième anniversaire. Elle en a ressorti près de 200 mobilisations, projets ou anecdotes qui retracent tout ce qui a été accompli depuis les débuts de cette association locale.

«Si on ne fait rien, la situation risque de se dégrader. Quand on regarde ces trente ans, je suis fière que les gens puissent reconnaître tout ce qu’on a fait», confie cette retraitée qui s’implique depuis 2014 pour cette cause.

«Les aînés sont parfois laissés pour compte alors que la population est vieillissante.»
Diane Lamontagne, secrétaire du conseil d’administration de l’AQDR-PDÎ

Issue d’un regroupement citoyen qui réclamait un meilleur accès au logement et des actions contre la maltraitance des aînés dans le quartier Rivière-des-Prairies, l’initiative locale s’est étendue au fil des ans dans Pointe-aux-Trembles, Anjou, Mercier-Est et Montréal-Est pour devenir l’AQDR de la Pointe-de-l’Île. Elle compte aujourd’hui plus de 550 membres dans ces cinq quartiers.

«On rayonne de plus en plus. Quand on parle de l’AQDR, ça clique, les gens nous connaissent», pense Diane Lamontagne.

Dynamisme renouvelé
Ces dernières années, l’AQDR PDÎ a encore fait parler d’elle pour plusieurs projets mobilisateurs. Elle a notamment créé une offre de transport par vélo-taxi des aînés de RDP-PAT, des cours d’informatique et de nouvelles technologies ou encore un nouveau système de recharge des cartes OPUS de la STM dans les résidences pour personnes âgées. L’instance collabore aussi avec le milieu communautaire pour défendre encore et toujours les droits des aînés.

Selon Diane Lamontagne, la réussite de cette association locale découle de l’implication de ses membres et de ses bénévoles.

«Quand on s’implique, on y va à fond. En trente ans, il y a eu seulement cinq présidents et la transmission s’est toujours bien faite. On essaye de faire rayonner l’AQDR par notre dynamisme et on essaye toujours de trouver de nouveaux projets», précise la secrétaire du conseil d’administration.

La mission de l’AQDR PDÎ

Association locale de l’AQDR nationale, la branche basée dans Rivière-des-Prairies porte les revendications des aînés de toute la Pointe-de-l’Île. Si la mission première est la défense des droits, elle organise aussi des conférences, des sorties culturelles et des loisirs et participe à la création de projets qui visent à améliorer la qualité de vie des personnes retraitées et préretraitées.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *