Rivière-des-Prairies

Des consignes pour coexister avec les cerfs de Virginie

Des consignes pour coexister avec les cerfs de Virginie
Photo: Archives TC Media

Des consignes ont été diffusées par l’arrondissement RDP-PAT pour tenter de réguler la présence des cerfs de Virginie sur son territoire et limiter les risques pour la population.

 

Depuis plusieurs années, les cerfs de Virginie ont investis massivement le territoire de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, ce qui n’est pas sans conséquences, notamment sur les écosystèmes.

Face à cette situation, la mairie de l’arrondissement a rappelé qu’il est important de ne pas nourrir les cerfs, ni tout autre animal sauvage.

Cela les accoutume en effet à ne plus chercher naturellement de la nourriture, mais tend aussi à réduire leur crainte naturelle pour l’humain. Résultat, ces herbivores gourmands sortent des milieux naturels et se déplacent vers les zones résidentielles. Cela contribue à maintenir la population élevée, donc plus exposée aux maladies et aux risques de collisions routières.

Des clôtures peuvent être installées aux abords des maisons, en respect avec la réglementation, afin d’empêcher les cerfs d’y pénétrer. De telles mesures ont par exemple été prise dans le parc-nature de la Pointe-aux-Prairies, afin de limiter le broutage de la régénération de la forêt, les cerfs étant particulièrement friands de plantes de sous-bois et de pousses d’arbres et d’arbustes.

Il est également suggéré de porter son choix vers des plantes non consommées par les cerfs comme des bégonias, des genévriers, des graminées ornementales ou des fleurs de lavandes. Les hostas sont à éviter puisque ces cervidés les adorent.

L’arrondissement indique également qu’il est possible d’effaroucher les bêtes qui sont sur une propriété en faisant du bruit et en leur signifiant qu’elles ne sont pas les bienvenues.

Prudence sur les routes

L’arrondissement RDP-PAT incite par ailleurs à faire preuve de vigilance lors de la conduite automobile puisque des bêtes auraient été aperçues seules ou en groupe traversant les rues Sherbrooke, Notre-Dame et même l’autoroute 40. Des panneaux seront aussi ajoutés dans certaines zones connues de passage de cerfs.

Il est par ailleurs recommandé, si un cerf traverse la route, de ralentir, de réduire l’intensité de ses phares, puis de donner un coup de klaxon pour l’inciter à quitter la route. Une attention particulière doit être portée aux endroits signalés, surtout entre le crépuscule et l’aube.

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Louise Authier

    Je note que la Ville en bloquant des accès aux cerfs transfère le problème ailleurs sur le territoire. En effet, plusieurs fois par semaine je vois jusqu’à 7 cerfs qui viennent manger à l’arrière de ma cour ou il y a un petit boisé. En fait il y a trop de cerfs pour la nourriture qu’ils peuvent trouver, c’est triste et il faudrait soit les relocaliser dans un parc provincial hors Montréal ou faire comme sur les îles de Boucherville, alors que le gouvernement avait décidé de les nourrir avec des bottes de foin.