Rivière-des-Prairies

De 14 à 83 ans : les générations se rencontrent dans le bénévolat de RDP

De 14 à 83 ans :  les générations se rencontrent dans le bénévolat de RDP
Photo: Clara Loiseau / L'Informateur RDP

Avec près de 70 ans d’écart, Huguette et Nada partagent une même passion : le bénévolat. Pour leur implication avec le Centre d’action bénévole de Rivière-des-Prairies (CAB-RDP), elles ont toutes les deux reçu le certificat hommage bénévolat Québec 2019.

C’est la première fois qu’Huguette, 83 ans, et Nada, 15 ans, se rencontrent. La première a commencé le bénévolat il y a vingt ans, « grâce à une annonce du CAB-RDP parût dans l’Informateur ». L’autre a débuté il y a un peu plus d’un an, en découvrant le kiosque d’information du CAB-RDP dans son école.

Malgré leur différence d’âge, Huguette et Nada s’accordent pour dire qu’elles ne recherchent aucune reconnaissance dans leurs activités. « Tu rends service aux gens et tu n’attends rien en retour », affirme Nada. « C’est à nous que ça bénéficie », ajoute Huguette. Le prix hommage qu’elles ont toutes les deux reçu, c’est leur « récompense, une belle reconnaissance ». Le bénévolat, « c’est quelque chose que tu as en toi, c’est inné, tu l’as ou tu ne l’as pas », reconnaissent-elles en cœur.

Alors que la dame de 83 ans raconte ses différentes actions auprès des personnes âgées, Nada a des étoiles dans les yeux. « Ça m’inspire, ça me montre que tu n’es pas obligé de passer ta vie concentrée sur le travail, qu’il y a d’autres choses », affirme-t-elle.

Une véritable passion

Entre les visites amicales, les courses et les bingos, c’est entre 30 et 40 heures qu’Huguette dédie au bénévolat, « 75% de l’année », estime-t-elle. Impliquée, elle l’a toujours été. Sa mère a toujours été un peu malade, mais elle « était aveugle les dernières années de sa vie, et il y avait une jeune fille qui s’appelait Louise qui s’occupait d’elle ». C’est cette jeune femme qui a donné envie à Huguette de « devenir une Louise ».

Regrettant de ne pas pouvoir aider sa mère comme elle l’aurait voulu avec trois enfants et un travail, elle savait qu’à son départ à la retraite elle s’impliquerait. « Mais je voulais le faire en connaissance de cause, donc je suis allée faire des cours en gérontologie, pendant deux ans », explique-t-elle. À un peu plus de soixante ans, Huguette a suivi des cours du soir et de fin de semaine afin d’obtenir son diplôme.

Cela fait déjà dix ans qu’elle rend presque quotidiennement visite aux aînés du CHSLD Champlain-Marie-Victorin de Rivière-des-Prairies. Aujourd’hui, « calleuse de bingo », on lui confie souvent qu’elle est la seule personne que les résidents voient en dehors des préposés pendant la semaine. « Ça vient te chercher », confie-t-elle.

À seulement quatorze ans, Nada Halawa partage son temps entre l’école et le bénévolat. Si à cause de ses examens elle n’a pas pu « faire autant de bénévolat » qu’elle le souhaitait, elle sait que cet été elle passera une grande partie de son temps à aider la communauté.

Elle s’occupe principalement des activités avec les enfants. Présente à la Fête de la Famille de Rivière-des-Prairies, la jeune adolescente aime tenir un rôle de grande sœur pour eux. Alors qu’elle surveillait les allées et venues des plus jeunes présents à l’évènement familial, elle les aidait aussi à « grimper sur les jeux gonflables, il y en avait qui était très petit et qui avait du mal à monter, mais à la fin tu voyais leur grand sourire et c’est juste magnifique », raconte-t-elle.

Pour Huguette, qui aimerait faire du bénévolat jusqu’à ses 100 ans, « c’est le fun de voir la relève parce que nous, on n’est pas éternel ».