Mercier & Anjou

Après 25 ans, l’entraîneur Désy accroche ses patins

Après 25 ans, l’entraîneur Désy accroche ses patins
Photo: Clara LoiseauEn plus de l’hommage rendu à Mario Désy, plusieurs jeunes joueurs de hockey de l’est de Montréal ont reçu une distinction de la Ville de Montréal.

Après un quart de siècle comme entraîneur de hockey bénévole pour la Fédération de hockey mineur de l’Est, Mario Désy a accroché ses patins. Son dévouement s’est vu souligné alors qu’une plaque honorifique lui a été remise par l’arrondissement de Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles.

Âgé de 49 ans, Mario Désy a passé la moitié de sa vie à entraîner de nombreux enfants de l’Est montréalais. Une passion et un investissement personnel qui lui viennent de sa mère, qui lui a « toujours appris à donner au suivant », mais aussi des entraîneurs de hockey qui l’ont encadré durant son enfance.

Alors qu’il jouait au hockey junior, un entraîneur lui propose de faire le saut derrière le banc. « J’ai commencé comme ça à 18 ans et je suis tombée en amour avec ça », se souvient-il.

Quelques années plus tard, il commencera sa carrière de sapeur-pompier, qu’il exerce d’ailleurs depuis 25 ans cette année à Montréal, à la caserne 72.

Après une quinzaine d’années comme entraîneur, il décide de prendre finalement une pause, mais rechausse rapidement ses patins lorsque son fils commence à son tour le hockey, à l’âge de quatre ans.

Le plaisir avant les trophées

Pendant toutes ces années, ce ne sont pas les médailles ou les trophées qui le poussent à continuer, mais le plaisir qu’ont les enfants à pratiquer. « Un de mes objectifs pendant que je coachais, c’était qu’aucun enfant ne lâche le hockey à cause de moi », confie-t-il.

Une mission dûment remplie puisque de nombreux anciens joueurs lui écrivent encore aujourd’hui pour le remercier, l’inviter à leur mariage ou même l’informer que leurs propres enfants se mettent également au hockey.

À ses côtés depuis 35 ans, sa femme Josée Désy s’amuse aussi de voir « des jeunes qu’il entraînait quand il avait 18 ans, qui se souviennent encore du sifflet » de l’entraîneur.

Ces nombreux témoignages émeuvent toujours l’ancien entraîneur.

«Que j’aie pleins de trophées, que j’aie gagné un tournoi chaque année, ce n’est rien à côté des enfants qui me disaient que je leur avais fait passer la plus belle saison de leur vie »

— Mario Désy

Si l’entraîneur de la Fédération de l’Est a tant marqué l’esprit de ses jeunes, c’est parce qu’il « donnait tout son temps pour ces enfants », assure Mme Désy.

En plus des nombreux moments passés au téléphone pour préparer les pratiques ou les matchs et des séances à l’aréna, Mario Désy a consacré des milliers d’heures à préparer des albums photos souvenirs personnalisés à chaque enfant.

Un investissement de temps qui cache de nombreux sacrifices personnels, comme des projets de vacances avortés « parce que ce n’était pas trois tournois, mais quatre que [Mario] organisait pour les enfants », se rappelle sa compagne en riant.

Reconnaissance « surprise » 

C’est sans le savoir que le soir du 27 juillet, Mario Désy se dirigeait vers une soirée qui lui rendait hommage. Dans les jardins du Collège St-Jean-Vianney, une soixantaine de joueurs, assistants entraîneurs, parents et amis attendaient l’ancien entraîneur.

celebrations 25 ans avec jeunes

Par le biais des conseillers Giovanni Rapanà et Nathalie Pierre-Antoine, la mairesse de l’arrondissement Caroline Bourgeois remettait un certificat honorifique pour le remercier d’avoir été « un adulte significatif pour de nombreux jeunes joueurs ».

Un geste qui a profondément marqué l’homme de 49 ans, qui a « toujours fait ça pour les enfants et pas pour la reconnaissance ».

« Ému est un petit mot pour décrire ce que j’ai ressenti, ça m’a vraiment fait chaud au cœur de voir qu’ils ont apprécié tous les sacrifices que j’ai faits pour eux », confie-t-il.

Après toutes ces années, Josée Désy se réjouit de pouvoir maintenant « enfin profiter de passer du temps avec [Mario], voyager et se mettre au golf », dit-elle en riant.

Outre les nombreux jeunes qu’il a marqués, c’est aussi un exemple pour son fils, Brandon. Il poursuit en hockey junior actuellement et suit les traces de son père en commençant également une carrière de sapeur-pompier.