Rivière-des-Prairies

Favoriser les rencontres entre jeunes adultes

Favoriser les rencontres entre jeunes adultes
Photo: GracieusetéTous les membres de l’organisme à but non lucratif Laïus Social vivent à Rivière-des-Prairies depuis plus de dix ans.

De jeunes adultes Prairivois veulent offrir des espaces de socialisation pour les 18 à 35 ans dans le quartier. Pour y parvenir, ils ont créé en avril dernier l’organisme Laïus Social, qui travaille depuis en collaboration avec plusieurs organismes du quartier.

Un groupe de six jeunes prairivois âgés de 19 à 22 ans espèrent réussir à créer un lieu dédié à la communauté des jeunes adultes. Sortant de l’adolescence, ils se sont rendu compte qu’il n’y avait pas de lieu pour les gens de leur âge autour de chez eux.

« Souvent, on se retrouve à faire plus d’une heure de trajet pour sortir dans le centre-ville de Montréal », explique Audrey Larivière, présidente de l’organisme.

Deux des membres du groupe participent également depuis deux ans aux tables de concertations citoyennes. Au cours de plusieurs rencontres le constat d’un manque d’espace de socialisation a été relevé à maintes reprises.

Depuis leur création officielle, « ils vont à la vitesse grand V », souligne Mathieu Leclerc, directeur général de la Corporation de développement de Rivière-des-Prairies. Pour lui, voir ce genre d’initiative naître dans le quartier, « c’est vivifiant et très stimulant ».

Des événements en attendant un local

Laïus Social a participé à plusieurs événements estivaux comme la Fête de la Famille, le Festival urbain ou encore le Marché de Pointe-aux-Trembles.

La particularité de leur projet, c’est de travailler en collaboration avec les organismes comme Équipe RDP, 1, 2, 3 Go! RDP, mais aussi avec les PME pour compléter les offres déjà présentes et non pour les concurrencer.

C’est évidemment un « moyen important pour eux de se faire connaître », soutient M. Leclerc.

Pour l’automne et l’hiver, « un moment où il y a moins d’événement dans le quartier, on travaille déjà sur plusieurs idées de projet », explique Mme Larivière.