Rivière-des-Prairies

Reconstruction d’un esprit d’équipe

Reconstruction d’un esprit d’équipe
Photo: Clara LoiseauGrâce au football, Alexandre François veut changer le regard que les gens portent sur l’école secondaire Jean-Grou.

Discipline de fer. Engagement. Persévérance. Le nouvel entraîneur-chef de l’équipe de football des cadets de Jean-Grou exige beaucoup de ses joueurs. En contrepartie, il leur promet de les aider à créer un esprit de corps, de famille et d’entraide qui fera la fierté de l’école et de la communauté prairivoise.

Sur le terrain municipal, caché derrière l’aréna René-Masson, l’école secondaire Jean-Grou et le centre aquatique de Rivière-des-Prairies, une cinquantaine d’adolescents commencent leur entraînement sous le regard attentif de leur nouvel entraîneur-chef. Cris, coups de sifflet.

Tout le monde file droit pendant l’échauffement. « Ce n’est pas comme l’armée, mais ça se rapproche », s’amuse Alexandre François, le nouveau chef d’orchestre de l’équipe.

Pour ce coach d’expérience, c’est un nouveau départ. Après avoir quitté pendant deux ans le poste d’entraîneur à Jean-Grou, M. François a décidé de revenir comme leader. Il était primordial pour lui de trouver une méthode qui allait garder les jeunes dans le sport, plutôt que dans la rue à flâner.

Nouveau plan de match

Selon l’entraîneur, les dernières années ont été dures pour l’équipe qui n’arrivait pas à conserver un noyau d’athlètes. Pour trop de jeunes, l’équipe était devenue une porte tournante. En discutant avec les joueurs actuels et anciens, mais aussi les parents, il s’est rendu compte que le niveau d’engagement devait être relevé. Pour ça, il a demandé à l’école d’entraîner les joueurs pendant toute l’année scolaire, soit dix mois, plutôt que les trois mois de la saison régulière. Une manière supplémentaire de rassembler, selon lui.

Il a également décidé de mettre l’accent sur les études, en organisant deux séances d’études obligatoires pour les devoirs. Averti à chaque retard ou mauvais comportement en classe, l’entraîneur surveille de près ses joueurs et les sanctionne avec l’ajout d’exercices pendant la pratique.

Outre la discipline, Alexandre François sait que pour construire l’esprit de corps qu’il recherche, il est essentiel de créer des activités en dehors du terrain de football. L’équipe se retrouve souvent autour d’un repas, d’une partie de hockey cosom ou de basketball. « Ça nous permet de les maintenir ensemble et créer un univers et un sentiment familial », soutient-il.

Depuis le début de l’année scolaire, il est allé chercher plusieurs jeunes et le nombre de joueurs a déjà triplé.

« Go Jags Go »

En 2011, les Jaguars ont remporté le championnat. Depuis, les classements ne sont pas reluisants. « Beaucoup de joueurs venaient seulement aux matchs et jamais aux pratiques », explique Xavier, 13 ans, qui évolue avec les cadets depuis un an.

C’est pour cette raison que l’entraîneur ne s’intéresse pas encore aux victoires ou aux défaites. « Je veux qu’ils apprennent à gagner et à perdre ensemble, pour rendre leur lien plus fort et qu’ils deviennent un exemple pour les prochains joueurs » explique-t-il.

Ses méthodes semblent déjà commencer à fonctionner. Pendant les deux heures d’entraînement, on entend ses joueurs se soutenir, se conseiller et se pousser les uns les autres. Une complicité qui transpire jusqu’aux gradins.

Alex, 13 ans, explique qu’avant de suivre son meilleur ami dans les Jags, il ne faisait « pas de sport et jamais rien ». Aujourd’hui, il rêve déjà de jouer à la NFL, après avoir fini son Cégep et l’université.

Un plus pour l’avenir

Une quinzaine de parents regardent leur enfant évoluer depuis les gradins. « Même si ça ne fait que quelques semaines qu’il s’entraîne avec [Alexandre François], je vois déjà que mon fils est plus calme et plus sérieux », explique Daphnée, une mère qui ne manque aucune pratique.

Daniel, Gentulio, Bettie, Robert et les quelques autres parents présents constatent aussi de premières transformations. Pour eux, la rigueur et l’enseignement de valeurs que l’entraîneur leur transmet les emmèneront loin dans la vie.

Alexandre François est également très heureux que de plus en plus de parents se déplacent aux pratiques pour encourager leurs enfants. « C’est une bonne chose parce que ça pousse encore plus les jeunes à vouloir les rendre fiers », indique-t-il.

L’espoir maintenant pour les parents et l’entraîneur, c’est de voir la communauté venir supporter les jeunes Jaguars et créer un sentiment d’appartenance et de fierté dans le quartier.

Calendrier de l’équipe

À domicile (RDP)

27 septembre, 18 h. Parc René-Masson : contre le Collège Mont-St-Louis

3 octobre, 16 h 30. Parc René-Masson : contre Loyola

10 octobre, 18 h 30. Par René-Masson : contre la Cité-des-Jeunes

À l’extérieur

13 septembre, 17 h. École secondaire du Chêne-Bleu : contre Chêne-Bleu

19 septembre, 18 h 30. Collège Letendre : contre Letendre

17 octobre, 17 h. Collège St Jean Vianney : contre École secondaire Henri-Bourassa.