Rivière-des-Prairies
16:01 10 janvier 2020 | mise à jour le: 13 janvier 2020 à 14:58 temps de lecture: 3 minutes

Industrie 4.0 : Deux entreprises de Rivière-des-Prairies à l’assaut du numérique

Industrie 4.0 : Deux entreprises de Rivière-des-Prairies à l’assaut du numérique
Photo: Clara Loiseau

Deux entreprises de Rivière-des-Prairies feront un virage numérique en suivant une formation offerte pour la première fois dans l’est de l’Île. Ce programme les aidera à intégrer les nouvelles technologies au quotidien.

Dès le mois de février, Usibec et Outillage Avitec se joindront à dix autres entreprises montréalaises afin de participer au programme de formation Circuit 4.0.

Une première cohorte avait vu le jour en 2018 dans l’Ouest et le Grand Sud-Ouest de Montréal, explique Annie Bourgoin, directrice générale de PME-Montréal Est-de-l’Île. «Aujourd’hui on relance ce programme à toute l’île de Montréal, avec une version améliorée, et c’est la première qui sera donnée pour les entreprises de l’Est», ajoute-t-elle.

Les participants suivront une vingtaine d’heures de formation. Ils auront ensuite accès à 30 heures d’accompagnement par un expert en intégration de technologies en milieu manufacturier.

Cette formation vise principalement à mettre à disposition les outils nécessaires pour que les entreprises intègrent les nouvelles technologies à l’interne.

Plus le choix d’évoluer

Alain St-Onge, Usibec.C’est une occasion «essentielle et indispensable» selon Alain St-Onge, vice-président d’Usibec, une firme qui se spécialise dans l’usinage, la découpe et le pliage. «On est tout le temps ouvert à l’amélioration, et cette formation va nous donner un coup de pouce au niveau de l’organisation, et surtout au niveau de la communication interne», soutient-il.

 

 

Même son de cloche chez Sandra Di Sano, directrice qualité chez Outillage Avitec, et sa soeur Nadia Di Sano, contrôleure pour l’entreprise de conception et Sandra et Nadia Di Sano, Outillage Avitecfabrication d’outils de coupe spécialisés, notamment de pièces d’aéronautique. «C’est une urgence de faire ce virage, on a plus le choix pour être compétitif et pour trouver une solution au manque de main-d’œuvre», expliquent les deux soeurs.

Dans les prochaines semaines, les deux entreprises vont commencer leur virage en intégrant les tablettes numériques dans le quotidien de leurs salariés.

«Ce sont des instruments qui permettent aujourd’hui d’alléger le travail et de veiller à l’efficacité des employés», affirme France Sylvain, responsable du projet dans l’est de l’île et directrice du développement industriel. Les deux entreprises espèrent aussi pouvoir séduire de jeunes travailleurs qualifiés grâce à ce virage.

Articles similaires