Rivière-des-Prairies
10:14 2 mars 2020 | mise à jour le: 2 mars 2020 à 10:14 Temps de lecture: 4 minutes

RDP-PAT : baisse considérable des plaintes de déneigement cet hiver

RDP-PAT : baisse considérable des plaintes de déneigement cet hiver
Photo: Clara Loiseau / Métro Média

La nouvelle stratégie d’opération de déneigement et les nombreux redoux semblent satisfaire les citoyens de Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles lesquels ont été beaucoup moins nombreux à joindre l’arrondissement pour se plaindre des opérations de déneigement.

L’hiver dernier avait en effet été difficile pour l’administration. Elle enregistrait «1008 requêtes, 101 plaintes, 101 commentaires et 285 demandes d’informations» entre le 1er novembre 2018 et le 31 janvier 2019, affirme Maïka Bernatchez, chargée de communication à RDP-PAT.

Mais cette année pour le même laps de temps, l’arrondissement relève une diminution de près de «50% des requêtes et de près de 70% des plaintes», soit respectivement 614 et 28 notifications.

L’arrondissement estime «que les nouvelles mesures mises en place apportent une amélioration à [leur] stratégie de déneigement» et que la décision de «décréter un chargement local le 26 janvier a été « payante » en [leur] permettant d’enlever une couche de neige avant une période de grand froid, et diminuer ainsi les risques de formation de glace».

«Si l’on se fie aux nombreux commentaires et messages des citoyens, nous avons pris de bonnes décisions», soutient Caroline Bourgeois, mairesse de l’arrondissement. Elle rappelle cependant rester «tributaires de la météo et des changements climatiques qui [les] forcent à adapter [leur] opérations».

Un hiver plus chaud

Toutefois, la diminution de verglas ou même de neige sur les trottoirs s’explique aussi par la multiplication des redoux de température ces derniers mois, explique André Cantin, météorologue chez Environnement Canada.

Il indique cependant que si l’hiver est légèrement plus chaud cette année, il reste tout de même «comparable à celui que nous avons vécu l’année dernière» en 2018-2019.

De novembre 2018 à avril 2019, les Montréalais avaient reçu près de 229 cm de neige et neuf bordées de neige de dix centimètres et plus. Actuellement, ce sont 184 cm de neige qui se sont déjà abattus sur la métropole avec sept bordées de neige, «huit si on compte celle du jeudi 27 février», explique M. Cantin.

Environnement Canada publiait jeudi 27 février un nouvel avis de tempête de neige pour Montréal.

 

RDP-PAT : le déneigement en cinq chiffres

L’Informateur propose de découvrir les opérations de déneigement de Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles en cinq chiffres.

102

C’est le nombre d’engins qui s’affairent au déneigement sur l’ensemble du secteur de Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles. L’arrondissement possède 15 appareils à trottoir, 6 autoniveleuses, 8 tracteurs-chargeurs, 14 appareils d’épandage de sel sur la chaussée, ainsi que 5 souffleuses.

À cela s’ajoutent les dispositifs des entrepreneurs privés avec lesquels RDP-PAT a des contrats. On y retrouve une cinquantaine de machines tels que 16 appareils à trottoir, 17 autoniveleuses, 11 tracteurs-chargeurs et 10 souffleuses.

927 447$

C’est le «coût moyen par tempête» de neige de 15 cm ou plus, explique Virginie Leblanc, chargée de communication à l’arrondissement.

725

C’est le nombre de kilomètres à déneiger dans Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles. Il se situe en tête des arrondissements, avant Saint-Laurent qui en a 581.

Toutefois, RDP-PAT se place en seconde position en termes de superficie avec 42,3km2, derrière Saint-Laurent qui fait 43km2.

2,5

C’est le nombre de centimètres de neige déterminant pour savoir qui s’occupe du dégagement de la neige.

«Pour les précipitations de 2,5 cm et moins, la neige est « tassée » par les employés de la Ville. Lorsque les chutes atteignent plus de 2,5 cm, les entrepreneurs privés sont tenus d’effectuer le déblaiement», précise Mme Leblanc.

Une fois la chute de neige terminée, ce sont les agents de la Ville qui complètent cette opération pour «dégager les rues». Il faut cependant attendre par la suite le décret annoncé par la ville-centre ou l’arrondissement pour que les équipes puissent déclencher le chargement.

72

C’est le nombre d’heures qu’accorde «habituellement» l’arrondissement pour une chute de neige d’environ 15 centimètres. Plusieurs facteurs peuvent toutefois ralentir les opérations comme : la quantité de neige accumulée, le nombre de voitures à remorquer, les conditions climatiques ou encore les températures.

Articles similaires