Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est
15:51 22 avril 2020 | mise à jour le: 22 avril 2020 à 17:04 temps de lecture: 4 minutes

Jour de la Terre: chacun sa corvée de propreté

Jour de la Terre: chacun sa corvée de propreté
Photo: Clara Loiseau / Métro Média

Une citoyenne de Rivière-des-Prairies profite de sa marche quotidienne pour ramasser des déchets qu’elle trouve au sol. Et si pour remplacer les centaines de bénévoles qui s’activent habituellement au ramassage des déchets dans les parcs chaque année, les riverains faisaient un petit geste chaque jour?

Les opérations bénévoles de nettoyage sont sur la glace à cause de la pandémie du coronavirus.

Cela n’empêche pas Antonella De Luca, une résidente de Rivière-des-Prairies, de faire sa part. Depuis quelques semaines, elle profite de ses balades avec son chien pour récupérer toute sorte de détritus qu’elle voit sur son chemin.

«Je n’avais jamais porté attention à tous ces déchets avant, mais depuis que j’ai du temps, je me suis rendu compte du nombre de choses qui traînent», explique-t-elle.

Au début, elle avait décidé de ramasser cinq objets par balade, mais rapidement ce sont des sacs entiers d’épicerie qu’elle remplissait. «Je trouve de tout : mégots de cigarettes, gobelets de café, masques et gants», ajoute-t-elle.

Geste individuel, devoir collectif

Ces gestes citoyens jouent un rôle essentiel pour préserver l’environnement et les cours d’eau, soutient Jimmy Vigneux, cofondateur de la Mission 100 tonnes, maître d’œuvre d’une centaines de corvées de propreté au Québec chaque année.

«C’est un devoir collectif de garder nos endroits propres et tout le monde peut ramasser des déchets, tout en profitant d’une marche de santé. Ce sont des démarches que l’on peut faire quotidiennement et individuellement», explique-t-il.

Selon Diego Creimer, relationniste média à la Fondation David Suzuki, chaque initiative fait une différence. «Prendre soin de l’espace public, c’est se l’approprier. C’est important parce que c’est là que la vie communautaire se fait», affirme-t-il.

Et pour inciter encore plus de citoyens à suivre le mouvement, il ne faut pas hésiter à publier des photos sur les réseaux sociaux, ajoute M. Vigneux. Selon lui, en voyant ce genre de publications sur les plateformes numériques, les gens vont se sentir moins seuls et se rendre compte qu’ils sont des milliers à s’adonner à cette pratique.

Plusieurs initiatives citoyennes

À Montréal, plusieurs initiatives citoyennes ont déjà vu le jour et fleurissent sur les réseaux. À Verdun, par exemple, la page Facebook Propre @ Verdun a été créée début avril. Son objectif? Réunir des résidents du quartier «motivés pour nettoyer les rues, les ruelles et les berges de façon individuelle, en respectant les mesures de prévention et d’hygiène».

Une carte interactive a même été conçue par les modérateurs pour coordonner les 170 personnes participant d’ailleurs au ramassage de déchets dans ce quartier de l’Ouest.

Si dans Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles, il n’y a pas de page équivalente, quelques citoyens profitent quand même du confinement pour nettoyer les parcs, les rues et les rives, et incitent leur voisin à faire de même.

Alors qu’elle se balade pour prendre l’air, Bernice Cain enfile ses gants, s’arme d’un sac poubelle et part à la chasse aux déchets laissés par terre par les passants. « Mon objectif est de faire un ménage dans l’environnement des chevreuils à côté de chez moi », explique la Pointelière.

Sur les réseaux sociaux, son initiative a été relayée par plusieurs personnes. « Si j’ai pu conscientiser quelques personnes, j’aurai fait ma bonne action », croit-elle.

Pour Antonella, à Rivière-des-Prairies, ce genre de geste doit s’inscrire dans la continuité. C’est la crise qui lui aura fait pleinement prendre conscience de cette problématique. «Même quand je pourrais recommencer à travailler, c’est sûr que je continuerais de le faire, au moins pendant les fins de semaine», assure-t-elle.

Ramasser des déchets en sécurité

Lavez-vous les mains fréquemment. Utilisez une paire de gants en plastique et si vous le pouvez une vieille pince de barbecue pour ne pas toucher les déchets. Mettez ce que vous ramassez dans un sac poubelle. La Ville le prendra lors des jours de collecte des ordures ménagères.

Articles similaires