Hochelaga-Maisonneuve
17:04 2 novembre 2020 | mise à jour le: 2 novembre 2020 à 18:38 temps de lecture: 2 minutes

Élan de solidarité pour les campeurs de la rue Notre-Dame

Élan de solidarité pour les campeurs de la rue Notre-Dame
Photo: Anouk Lebel/Métro MédiaKitchen 73 a distribué pizza et vêtements chauds aux sans-abri sur place.

Les restaurants Kitchen 73 veulent faire leur part pour aider les campeurs de la rue Notre-Dame.

Le camion-restaurant de l’entreprise était sur place vendredi midi pour distribuer des pizzas et des frites aux gens, de même que des vêtements chauds.

«Il y a des gens moins chanceux que nous, on voulait faire notre part», mentionne Rocco Anoia, cofondateur des restaurants Kitchen 73.

L’entreprise n’en est pas à ses premiers dons. Elle a notamment distribué des repas aux moins nantis de Rivière-des-Prairies pendant la première vague.

«Avec la pandémie, nos restaurants sont fermés, on a juste des commandes pour emporter, on se dit qu’on doit faire quelque chose », explique-t-il.

Élan de générosité

De nombreux citoyens ont répondu à l’appel du restaurateur et ont donné bottes, manteaux, mitaines et autres vêtements chauds en prévision de l’hiver.

«On est très touchés. Les gens ont été très généreux», se réjouit Rocco Anoia en jetant un œil à la montagne de vêtements sur la table installée près du campement.

Les dons ont afflué autant à la succursale de Rivière-des-Prairies que dans l’ouest de l’Île, à Laval et à Mirabel, souligne-t-il.

Rue Notre-Dame: les campeurs déterminés à rester

La pizza a fait le bonheur de plusieurs affamés. «J’avais faim, je n’ai pas d’argent pour manger», explique Benoît, entre deux bouchées de pizza. Depuis que son frère l’a mis dehors en raison de sa dépendance au crack, il n’a pas d’endroit où loger.

De son côté, Daniel affirme ne manquer de rien. «Le monde est généreux. Le monde n’arrête pas de venir nous donner de la bouffe, des manteaux» , explique l’homme qui a planté sa tente sur Notre-Dame il y a quatre mois.

Il n’entend pas profiter d’un des lits de l’hôtel de la Place-Dupuis réquisitionné par Québec pour loger les sans-abri.

«Je n’ai pas froid et je ne n’ai pas envie de me plier aux conditions de Valérie Plante», dit-il, plus déterminé que jamais à rester sur place.

Articles similaires