Mercier & Anjou
15:04 1 décembre 2020 | mise à jour le: 2 décembre 2020 à 13:58 temps de lecture: 3 minutes

Grippe: la ruée vers les vaccins est terminée

Grippe: la ruée vers les vaccins est terminée
Photo: Adiruch/123rf

La ruée vers les vaccins contre la grippe saisonnière s’essouffle dans l’est de Montréal. De nombreuses plages de rendez-vous sont désormais disponibles dans les CLSC et les cliniques pour les personnes à risque de développer des complications.

«Les gens aux prises une maladie chronique, les femmes enceintes au deuxième et troisième trimestre et les personnes de plus de 75 ans peuvent toujours prendre rendez-vous», souligne Anne Dubé, coordonnatrice clinique des services de première ligne au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.

Elle observe une diminution progressive de l’achalandage malgré l’ajout de plages horaires les soirs et les fins de semaine.

«On a généré plus de places parce qu’on anticipait une hausse de la demande de vaccins étant donné le contexte de la COVID-19», explique-t-elle.

Il est aussi beaucoup moins difficile d’obtenir un rendez-vous pour se faire vacciner dans les pharmacies.

«On a reçu les doses publiques et on est sur une pente descendante», indique Bernard Godbout, vice-président, mise en marché et marketing aux pharmacies Familiprix.

Si beaucoup de places sont réservées d’ici le 18 décembre, il croit que les gens désireux de faire vacciner pourront facilement obtenir un accommodement de la part de leur pharmacien.

Beaucoup de vaccination en peu de temps

Au CIUSSS de l’Est-de-l’Île de Montréal, 11500 personnes vulnérables se sont déjà fait vacciner contre l’influenza, soit environ 4500 de plus  que l’an dernier.

Mme Dubé indique toutefois que les personnes susceptibles de développer des complications ont avantage à prendre rendez-vous avant la période des fêtes, pour éviter un trop grand achalandage dans les hôpitaux au mois de janvier.

«On veut éviter les risques de complications en lien avec le virus, mais aussi les hospitalisations et les décès», indique-t-elle.

Malgré les mesures sanitaires mises en place dans le contexte de la COVID-19, le vaccin demeure la meilleure protection contre la grippe, ajoute Mme Dubé. C’est sans compter que les personnes vulnérables risqueraient encore plus de développer des complications s’ils devaient contracter les deux maladies en même temps.

«Oui, on a des mesures sanitaires en place, mais ça n’offre pas une immunité contre l’influenza. Le vaccin reste la meilleure protection.» – Anne Dubé, coordonnatrice clinique des services de première ligne au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.

Les autorités de santé publique ont l’objectif de vacciner au moins 80% des personnes à risque de développer des complications en raison de l’influenza.

Articles similaires