Rivière-des-Prairies
17:30 2 mars 2021 | mise à jour le: 2 mars 2021 à 19:51 temps de lecture: 2 minutes

RDP: Des agents COVID pris à tort pour des fraudeurs

RDP: Des agents COVID pris à tort pour des fraudeurs
Photo: Gracieuseté/1,2,3 Go!Les agents font du porte-à-porte en duo et se distinguent par leur veste orangée.

Des agents de la nouvelle brigade COVID de Rivière-des-Prairies ont été identifiés à tort sur le Web comme étant de possibles fraudeurs.

Les agents de la brigade se promènent deux par deux depuis quelques semaines. Ils font du porte-à-porte pour prendre le pouls de la communauté dans le contexte de la pandémie. Ils donnent aussi de l’information sur la vaccination et le dépistage, en plus de fournir des trousses d’isolement à ceux qui en ont besoin.

Mais récemment, la photo d’un des duos a circulé sur le groupe Facebook RDP Neighborhood Watch & Community Info!. Le texte accompagnant la publication appelait la communauté à se méfier en indiquant faussement que les agents demandaient de l’argent. L’un des administrateurs de la page, Paul Easton, confirme que la publication a été retirée.

«Nos agents ne demandent jamais d’argent et respectent toutes les mesures sanitaires lorsqu’ils se présentent chez les gens», tient à rectifier Sonia Longpré-Marcoux, agente de développement à l’initiative 1,2,3 Go! de Rivière-des-Prairies, l’un des organismes engagés dans le projet.

Une brigade mieux identifiée

Pour éviter toute méprise, Sonia Longpré-Marcoux veut mieux faire connaître leur mandat à la population. Les agents seront aussi mieux identifiés, notamment avec des masques à l’effigie d’1,2,3 Go!. Ils portaient déjà une veste orangée et un brassard «Info-COVID».

L’automne passé, l’arrondissement de Rivière-des-Prairies- Pointe-aux-Trembles avait lancé un appel à la vigilance après avoir reçu des appels concernant de fausses représentations à domicile.

Au moins une dizaine de citoyens avaient rapporté que des gens avaient tenté d’entrer dans leur demeure en se faisant passer pour des employés municipaux.

«Dans le contexte, on comprend que les gens se méfient de nous», souligne Mme Longpré-Marcoux.

Un mandat qui évolue

La brigade de sensibilisation continuera son travail encore quelques semaines.

Selon Sonia Longpré-Marcoux, ce travail est encore nécessaire, notamment en raison du début de la vaccination de masse.

«Les agents me disent que les gens ont besoin de parler, que ça leur fait du bien. Tout le monde a quelque chose à dire sur la pandémie.»

L’information recueillie permettra de mieux comprendre comment les citoyens du quartier vivent la pandémie et d’identifier les services dont ils ont besoin.

Articles similaires