Rivière-des-Prairies
05:00 20 mai 2021 | mise à jour le: 20 mai 2021 à 07:07 Temps de lecture: 3 minutes

Devenez co-créateur d’une œuvre aux côtés de l’artiste Jean-Marc Nahas

Devenez co-créateur d’une œuvre aux côtés de l’artiste Jean-Marc Nahas
Photo: Gracieuseté / Maison de la culture de PATL'Etranger exposition de Jean-Marc Nahas

La Maison de la culture de Pointe-aux-Trembles et l’artiste Jean-Marc Nahas vous ouvre les portes à l’occasion de l’exposition ÉTRANGER. Un atelier de cocréation a été mis en place chaque fin de semaine jusqu’au 20 juin. Ce sera l’occasion de faire de nouvelles rencontres et de laisser parler ses talents d’artiste.

Jean-Marc Nahas se considère comme immigrant depuis tout petit. Citoyen canadien et originaire du Liban, il a longtemps voyagé.

L’immigration est un sujet lui tenant à cœur et cette exposition est aussi l’occasion de faire réfléchir. «Nous sommes tous immigrants d’une manière ou d’une autre. L’étranger, ça peut être tout le monde», précise-t-il.

Le partage est pour lui essentiel à sa vie d’artiste et d’homme. «L’art n’est qu’une question de partage», dit-il.

Alors quand Julie Jacob, agente culturelle de la Maison de la culture de la Pointe-aux-Trembles, a émis l’idée d’un projet de cocréation, il a tout de suite accepté.

«C’est une opportunité magnifique que de partager mon travail, de rencontrer du monde et de s’imprégner de la diversité culturelle montréalaise», ajoute-t-il avec une joie non dissimulée.

Des visages

L’ensemble de ses œuvres représente majoritairement des visages. Dès le plus jeune âge, il dit avoir eu cette fascination pour les expressions faciales.

Dès lors il n’a eu de cesse de dessiner ses visages qu’il a rencontrés, imaginés ou bien dont il a été inspiré.

Cet atelier de cocréation avec un public est une grande première pour lui. Mais les temps ont changé et sa vision de l’art également.

«Je ne me contente plus d’exposer et de partir. Aujourd’hui je veux rencontrer les gens, partager et créer.»

Jean-Marc Nahas est parti d’un constat simple. Les gens ne sont plus capables d’accepter les autres dit-il. «Je veux renouer les liens qui nous unissent, déclare l’artiste au sujet de cette exposition. C’est un appel, une main tendue.»

La pandémie a été un facteur marquant pour les civilisations selon lui. «Nous devons désormais tourner la page et tout recommencer», affirme-t-il avec beaucoup de philosophie.

Ces portes ouvertes sont aussi l’occasion d’aller à la rencontre de l’artiste précise Julie Jacob. «Les citoyens ont besoin de ça en ce moment, c’est indéniable», mentionne-t-elle.

Le projet ÉTRANGER se présente sous trois formes afin que tout le monde puisse en profiter.

Le résultat des œuvres sera exposé dans les vitrines de la maison de la culture de PAT.

L’exposition ÉTRANGER quant à elle est déjà en place à la salle Maurice-Domingue, et sur la placette extérieure de la maison de la culture de PAT, jusqu’au 12 septembre. «Une manière préventive de laisser accès à la culture même en cas de nouvelle fermeture», dit du bout des lèvres Mme Jacob, dans l’espoir que ça n’arrive pas.

Pour participer:

L’atelier de cocréation accueillera un maximum de deux personnes chaque samedi et dimanche, dans le respect des règles sanitaires.


Les personnes intéressées s’inscriront par courriel à maison_pt@montreal.ca.

Articles similaires