Rivière-des-Prairies
12:29 2 juillet 2021 | mise à jour le: 9 juillet 2021 à 17:42 Temps de lecture: 5 minutes

Apprécier le temps qui passe le long de la rivière

Apprécier le temps qui passe le long de la rivière
Photo: Yohann Goyat / L'informateurLa piste cyclable s'étend sur près de 8km avec le nouveau Projet Poussette

S’il y a un bien un lieu qui fait de plus en plus la fierté des habitants de Rivière-des-Prairies, c’est le tout nouveau boulevard Gouin plus connu sous le nom de Projet poussette. Un boulevard spécialement aménagé pour les piétons et cyclistes longeant d’ouest en est la rivière des Prairies sur 8 km. Le temps d’une promenade, ce petit havre de paix a conquis avec le temps le cœur de ses résidents.

Le boulevard Gouin est un des atouts majeurs à Rivière-des-Prairies. Il est la plus grande artère parmi les 7700 rues de Montréal et l’une des plus anciennes de la ville.

Long de 50 km, il descend quasiment toute la rivière des Prairies et rejoint l’extrémité est de Pointe-aux-Trembles. Sa section prairivoise représente un parcours de 15 kilomètres et relie quelques-uns des plus beaux parcs riverains de l’arrondissement.

Grâce au Projet poussette ayant vu le jour au mois d’août 2020, près de 8 km ont été aménagés en piste cyclable et zone piétonne. Son tracé s’étend de l’entrée du parc Ernest-Rouleau, à l’ouest de l’autoroute A25, jusqu’à la 87e Avenue.

Il est devenu un passage obligé dans ce quartier tant décrié par ses faits divers épisodiques cette dernière année. Pourtant non loin du bord de la rivière des Prairies, l’ambiance est tout autre.

Fernand Ouellet, qui habite Rivière-des-Prairies depuis 1973, a été un fervent défenseur du Projet poussette. Aujourd’hui il est heureux de pouvoir compter sur un endroit plus sécuritaire pour les piétons comme les cyclistes. «Le sens unique favorise grandement la cohabitation entre tous et contribue grandement à la tranquillité de tous», dit-il.

Intemporel

Pour d’autres, à l’image de Marie-Carmel Michel, le boulevard «gouinfre», comme elle aime le renommer, est l’endroit idéal pour une marche de début de soirée. «Après un copieux repas, une journée de travail,  pour une marche seule, en amoureux , en famille, ou simplement pour se ressourcer et profiter d’un magnifique coucher de soleil», notamment au niveau du parc André-Corbeil-dit-Tranchemontagne précise-t-elle, situé au coin de la 26e Avenue.

Chaque matin Louis, 71 ans, fait son tour de vélo. Ancien sportif, il apprécie la sécurité de la piste. «C’est ma petite routine pour me tenir en forme. Ce nouveau projet est plus sécuritaire pour bon nombre d’entre nous notamment pour les familles.» Il constate une plus forte affluence depuis la réhabilitation du boulevard en août 2020.

Le boulevard Gouin est aussi l’occasion pour Sonia Longpré-Marcoux d’apprécier des couchers de soleil à n’importe quel niveau de la rivière. «Au retour du Collège St-Jean-Vianney, nombre de fois je me suis arrêtée pour enregistrer mentalement son image. Ce soleil qui, traversant le pont de la 25, glisse ses rayons créant des reflets qui m’émerveillent à chaque fois», se souvient-elle.

Lieux intimes

Nombreux sont les parcs qui longent la piste cyclable. Sonia Longpré-Marcoux aime se balader le long des berges et observer le nom des rues et découvrir des petits coins insolites.

«Je découvre encore les personnages, à travers les noms de rues, et observe les espaces verts çà et là. De petits parcs, aménagés ou non, nichés au creux de pâtés de maisons. Telles de petites oasis réservées au regard des voisins immédiats, et aux rires d’enfants qui les habitent.»

Le parc Gerry-Roufs en est le parfait exemple. Il n’est pas le plus grand des parcs et pourtant, en y observant bien on peut apercevoir la rivière entre les feuillages au loin.

Un petit chemin de terre mène directement aux berges de la rivière des Prairies. Idéales pour un pique-nique en amoureux ou comme Sonia, y observer sur un rocher le coucher du soleil à l’abri des regards indiscrets.

Le parc Pierre-Dagenais-dit-Lépine est un autre endroit méconnu. Il suffit de pousser un peu sa curiosité et d’avancer en direction de l’eau. Il est possible d’y observer les oiseaux marins de plus près voire d’y pêcher.

Pour Pierre-Reginald Azar, la piste cyclable «favorise un mode de vie actif et le bord de l’eau amène son vent de fraîcheur.»

Le boulevard Gouin possède de multiples atouts. Tant du côté sportif et récréatif que culturel et de détente. Le sens unique qui s’étale sur 8 km instauré avec le Projet poussette, fait en sorte de réduire le flux d’automobiles et participe à l’ambiance paisible et familiale tout au long du trajet. Les cyclistes quant à eux peuvent continuer leur balade jusqu’au parc de la Pointe aux Prairies.

Yohann Goyat / L'informateur

Articles similaires