Rivière-des-Prairies
16:40 13 avril 2015 | mise à jour le: 13 avril 2015 à 16:40 Temps de lecture: 3 minutes

Quatre nouveaux médecins de famille à Rivière-des-Prairies

Quatre nouveaux médecins de famille à Rivière-des-Prairies
Photo: Photo TC Media - Archives

Quatre médecins généralistes ont récemment choisi une clinique de Rivière-des-Prairies pour soigner les familles du secteur.

Cindy Champagne et Bich Ngoc Can Thi pratiquent depuis quelques semaines à la clinique médicale GMF 8260, boulevard Maurice-Duplessis.

Sylvie Bouliane et Pierre Dansereau, deux autres médecins omnipraticiens, se joindront à l’équipe au cours de l’été. Notons que Dre Champagne fait également les suivis de grossesses.

Les quatre médecins accepteront de nouveaux patients, mais il est difficile de s’avancer à savoir combien de patients supplémentaires pourront être pris en charge.

Il est possible de s’inscrire par le biais du guichet d’accès pour la clientèle orpheline (GACO) en communiquant au Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la Pointe-de-l’Île au 514 356-2572, poste 73612.

Cri du coeur
Rappelons qu’en juin dernier, les gestionnaires de la clinique GMF 8260, Patrice et Manon Phaneuf, avaient lancé un cri du cœur pour demander une meilleure efficacité des politiques pour assurer le recrutement de nouveaux médecins.

Ils constatent une amélioration depuis la parution de l’article de l’Informateur.

«L’avenir semble prometteur et c’est tant mieux parce que les gens de Rivière-des-Prairies étaient vraiment laissés pour compte», affirme M. Phaneuf.
Il salue l’intervention du député Marc Tanguay, grâce à qui, croit-il, le dossier a progressé au cours des derniers mois.

«Dès notre première rencontre, j’ai eu l’impression qu’il prenait vraiment le dossier à cœur, mais il n’avait pas encore rencontré les gens du milieu [de la santé pour parler précisément de ce dossier]», souligne-t-il.

Il remarque toutefois que la bataille n’est pas encore gagnée, puisque selon les plus récents chiffres de l’Agence de la santé de Montréal, il manque une centaine de médecins omnipraticiens, seulement sur le territoire du CSSS de la Pointe-de-l’Île.

L’importance de la radiologie
Si le recrutement de médecins semble mieux fonctionner, M. Phaneuf voit une autre bataille se profiler à l’horizon: celle de voir l’ouverture d’une clinique de radiologie dans le secteur.

Celle du boulevard Maurice-Duplessis a fermé ses portes en 2011, ce qui cause des délais supplémentaires, puisque la plus près se trouve maintenant à l’angle des boulevards Henri-Bourassa et Lacordaire.

«Le temps que le patient parte de la clinique, se rende là et revienne avec ses clichés, souvent, le médecin a terminé sa journée. Il doit donc revenir une fois de plus à la clinique sans rendez-vous», déplore M. Phaneuf.

«Quand les médecins arrivent ici, la première question qu’ils nous posent concerne la radiologie. C’est l’outil principal du médecin, après le stéthoscope. Ça sert non seulement pour les cas de fracture, mais aussi pour déceler les sinusites, les bronchites ou les pneumonies», insiste le directeur général de la clinique GMF 8260.

Il dit que certaines rencontres sont prévues ultérieurement avec différents intervenants pour discuter du dossier.

Le cri du cœur de Patrice et Manon Phaneuf, qui réclamaient la mise en place de mesures pour faciliter le recrutement de médecins, a été entendu.

Articles similaires