Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est
09:06 5 février 2016 | mise à jour le: 5 février 2016 à 09:06 temps de lecture: 3 minutes

Fusion des PDQ 45 et 49: une pétition de 5000 signatures déposée

Fusion des PDQ 45 et 49: une pétition de 5000 signatures déposée
Photo: Archives TC Média

La coalition «Sauvons le PDQ 45» va déposer dans les prochains jours une pétition de 5000 noms auprès du maire Coderre pour préserver un poste de police de quartier à Rivière-des-Prairies, dans une zone résidentielle, au cœur de la population.

Déjà décidée, cette fusion des postes de quartier de Rivière-des-Prairies (PDQ 45) et de Ponte-aux-Trembles et Montréal-Est (PDQ 49) obligera les forces de l’ordre à couvrir dorénavant un territoire global d’environ 55 km2 (contre 23,42 km2 pour le PDQ 45 et 31,5 km2 pour le PDQ 49 actuellement). Au total, les 109 policiers concernés desserviront une population de 113 000 personnes.

«Nous comprenons la question financière, mais il faut conserver pour les citoyens un sentiment de sécurité qui a été bâti de façon remarquable depuis des années», explique le porte-parole de la coalition et directeur de la Corporation de développement communautaire de Rivière-des-Prairies, Yohan Perron.

Le prochain PDQ fusionné sera à Rivière-des-Prairies
Ce dernier, avec différents membres de la coalition, devrait rencontrer sous peu le maire Coderre afin de lui présenter une pétition de 5000 signatures lancée à l’automne 2014 et d’évoquer l’emplacement de ce futur poste de quartier qui sera finalement relocalisé à Rivière-des-Prairies.

Alors que plusieurs propositions ont déjà été évoquées, dans l’angle des boulevards Henri-Bourassa et Rivière-des-Prairies ou aux alentours de l’autoroute 40 dans des zones industrielles, cet éloignement des habitants de l’arrondissement exaspère la coalition.

«De tels emplacements irritent la population. Il faut se soucier des besoins des citoyens. Nous voulons un poste avec une approche communautaire et non un poste qui faciliterait le transit entre RDP et PAT», défend Isabelle Rivard, agente de mobilisation au Centre des femmes de Rivière-des-Prairies et membre de la coalition.

Selon cette coalition, le SPVM aurait également évoqué une force de frappe plus importante pour justifier cette fusion, un argument démenti par Yohan Perron qui souhaite sensibiliser le maire Coderre à sa cause.

«On ne veut pas aller au bras de fer, assure-t-il. Écouter les citoyens, ce serait gagnant/gagnant. Nous ne voulons pas d’une force de frappe. Parler d’intervention, de répression et d’oppression ne sert à rien. Veut-on encore stigmatiser ce quartier, le considérer comme dangereux, l’assimiler aux gangs de rue ? Ce n’est pas nécessaire.»

Dans une zone urbaine
Député provincial et soutien de cette coalition, Marc Tanguay refuse d’évoquer une victoire de ce mouvement tant qu’un accord n’a pas été trouvé pour «avoir un poste de quartier de proximité».

«On attend une réponse de la Ville, explique M. Tanguay. Si l’on place ce poste hors d’un quartier résidentiel, des citoyens n’y auront pas accès et ne pourront s’y rendre à pied. Par définition, un poste doit être proche des gens et doit œuvrer dans la prévention et l’action communautaire. On veut se battre pour garder ce service de proximité.»

Même si aucune échéance n’a officiellement été annoncée, cette fusion devrait être effective en 2018.