Montréal
18:20 28 mai 2020 | mise à jour le: 29 mai 2020 à 08:18 temps de lecture: 2 minutes

Les commerçants proclament le statu quo sur Saint-Laurent

Les commerçants proclament le statu quo sur Saint-Laurent
Photo: Josie Desmarais / Métro

La SDC de la Petite Italie s’est réjouie aujourd’hui de la «décision» prise par la Ville de Montréal de maintenir le statu quo sur le boulevard Saint-Laurent. Or, le cabinet de la mairesse ne confirme toujours pas avoir pris de décision finale dans ce dossier.

Après consultation de ses membres, la SDC de la Petite Italie avait retiré la semaine dernière son accord pour des aménagements prévus sur le boulevard Saint-Laurent. Depuis, elle était en discussion avec l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie et la Ville, pour trouver une solution qui convienne aux commerçants de l’artère.

«Nous tenons à vous informer que la ville a pris la décision de renoncer à son projet de fermer le boulevard Saint-Laurent à la circulation et à celui d’y installer une piste cyclable. Par conséquent, le statu quo est maintenu sur Saint-Laurent et la circulation sur les deux voies, les stationnements et les terrasses seront maintenus», affirme la SDC dans son infolettre du jour.

De plus, à en croire la SDC, la Ville aurait également annoncé un investissement qui permettrait de mettre en valeur la piste cyclable de la rue Saint-Dominique.

Si le maire de Rosemont-La Petite-Patrie, François W. Croteau confirmait en effet lundi que l’artère ne serait pas fermée aux voitures, le statu quo n’a jamais été officiellement annoncé par la Ville.

Des directives attendues

Questionnés à ce sujet, l’arrondissement et la Ville ne confirment pas les supposées décisions que leur prête la SDC. Selon l’administration de Valérie Plante, le dossier est encore en discussion.

«L’implantation des aménagements transitoires sur le Boulevard Saint-Laurent a été arrêtée en attendant de recevoir les recommandations d’aménagements de la SDC Petite-Italie», explique par courriel Catherine Cadotte, attachée de presse au cabinet de la mairesse.

Ces recommandations de la SDC devront correspondre aux nouvelles directives présentées cette semaine par le Service de l’urbanisme de la Ville et de la Direction régionale de santé publique.

«Les professionnels de l’arrondissement sont à analyser présentement l’opérationnalisation de ces nouvelles directives», précise Marie-Claude Perrault chargée de communication à l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie.

La SDC n’a pas répondu à nos appels, ni à nos demandes d’entrevue.

Articles similaires