Rosemont
18:00 23 septembre 2020 | mise à jour le: 23 septembre 2020 à 18:00 temps de lecture: 3 minutes

Promenade Masson: tout pour éviter une deuxième fermeture

Promenade Masson: tout pour éviter une deuxième fermeture
Photo: Zoé Magalhaès / Métro MédiaLes commerçants de la Promenade Masson espèrent éviter un reconfinement.

Inquiète face à l’augmentation des cas de Covid-19 à Montréal, la SDC Promenade Masson a lancé une campagne de sensibilisation. Elle espère ainsi éviter une deuxième fermeture qui serait fatale à plusieurs commerces de l’artère.

En effet, près de 200 affiches rappelant les gestes barrières ont été installées dans la rue Masson. En plus des règles sanitaires, on peut y lire le message «Une 2e fermeture obligatoire = La mort de notre commerce = La mort de notre vie de quartier».

Selon la Société de développement commercial (SDC) Promenade Masson, l’objectif est de souligner à nouveau l’importance cruciale de bien respecter les règles sanitaires pour éviter que Montréal ne passe en zone rouge. Si cela devait arriver, les commerces pourraient être obligés de fermer à nouveau leurs portes.

«Ce qui se passe est grave et peut avoir des conséquences dramatiques pour nos commerçants qui sont en convalescence. C’est pour cette raison que nous avons décidé d’agir à notre échelle. Chaque personne sensibilisée est un risque en moins pour nos commerces», explique Kheir Djaghri, directeur de la SDC.

D’après ses estimations, environ 15% des 140 commerçants de l’artère seraient dans une situation de fragilité et pourraient ne pas survivre à une deuxième période de confinement. Les restaurants et les bars, qui ont dû attendre plus longtemps pour rouvrir au printemps seraient particulièrement en danger.

«Ce qui fait la beauté de notre artère, c’est la diversité des commerces qui la font vivre. Toutes les catégories commerciales sont importantes et on ne veut pas les voir disparaître», insiste M. Djaghri.

Une inquiétude pesante

Interrogés au sujet de la situation actuelle et de l’éventualité d’un deuxième confinement, les commerçants de la promenade n’ont pour la plupart pas souhaité témoigner trouvant le sujet trop «clivant».

Souhaitant rester anonymes, ils confirment toutefois que pour beaucoup d’entre eux, une deuxième fermeture serait «catastrophique» et les forcerait à mettre la clef sous la porte.

Si l’été leur a permis de retrouver un peu de santé financière, ils ne sont pas prêts à faire face à une fermeture complète de leurs commerces. Les dettes qui leur ont permis de se maintenir à flot combinées à des loyers élevés ne leur permettraient pas de passer au travers.

«Mis à part les épiceries et les quincailleries qui semblent bien se porter, les commerçants de la rue Masson ont vu leur chiffre d’affaire baisser par rapport à l’année dernière», souligne le directeur de la SDC.

Après deux campagnes de financement qui ont prouvé la solidarité des citoyens envers leurs commerces locaux, M. Djaghri espère que tous maintiendront leurs efforts pour limiter la hausse des cas et le passage au rouge de la métropole.

Articles similaires