Hochelaga-Maisonneuve
05:00 26 février 2021 | mise à jour le: 26 février 2021 à 07:05 temps de lecture: 3 minutes

Des travailleurs de la santé frileux face au vaccin

Des travailleurs de la santé frileux face au vaccin
Photo: Josie Desmarais/Métro

Alors que la vaccination de masse se met en place, moins de la moitié des travailleurs de la santé prioritaires ont été vaccinés contre la COVID-19 dans l’est de Montréal. Face à ces employés qui «préfèrent attendre», le CIUSSS tente de mieux communiquer.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, était cette semaine au micro de Patrick Masbourian sur les ondes de Radio-Canada. Répondant à la question d’une auditrice, il a laissé entendre que les employés du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal avaient certaines réticences à se faire vacciner.

«On a à peu près 80% de nos travailleurs de la santé vaccinés, selon notre première cible, qui était de 240 000. […] Maintenant, on a certaines régions – j’étais à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont cette semaine, je vous donne cet exemple-là – où on a eu plus de résistance à la vaccination», a-t-il déclaré.

Interpellé à ce sujet, le CIUSSS confirme que seuls 46% de ses employés prioritaires ont été vaccinés, soit 5418 sur 11 770.

«Il est vrai que nous avons constaté qu’une proportion d’employés, notamment ceux des CHSLD, préféraient attendre pour se faire vacciner», souligne le conseiller en communication et relations médias du CIUSSS de l’est, Christian Merciari.

Ce taux de vaccination relativement faible serait aussi lié à l’approvisionnement qui a été ralenti pendant plusieurs semaines dans l’ensemble du Québec, ajoute-t-il.

Réticences

D’après le président du Syndicat des professionnelles en soins de santé de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (SPS-ESTIM), Denis Cloutier, il existe en effet des «poches de résistances» parmi les travailleurs de la santé.

«On est dans un monde d’opinion pour ce qui touche au vaccin. Comme tout le monde, le personnel soignant peut avoir des craintes, des préjugés ou des raisons qui les poussent à ne pas vouloir recevoir le vaccin», explique-t-il.

«Par exemple, on entend parfois des infirmières qui ont eu la COVID dire qu’elles n’ont pas besoin du vaccin, ajoute-t-il. D’autres sont sceptiques face au délai de 90 jours entre les deux doses.»

Le SPS-ESTIM encourage pourtant ses membres à se faire vacciner et incite leurs employeurs à communiquer davantage afin de démystifier les questions autour du vaccin.

M. Cloutier tient aussi à mettre un bémol puisque toutes les infirmières et préposées n’ont pas encore reçu d’invitation à se faire vacciner.

«On ne peut pas tirer de conclusions globales. Les infirmières et préposées en CHSLD par exemple ont commencé à recevoir des invitations il y a quelques semaines seulement. Dans les CLSC, ça n’a pas encore commencé. Beaucoup d’infirmières sont en attente de rendez-vous», précise-t-il.

Pour sa part, le CIUSSS assure que le rythme des vaccinations des soignants commence déjà à accélérer dans l’est.

«Des rencontres et des webinaires ont entre autres été organisés pour informer les employés sur le vaccin et répondre à leurs questions. Ces activités semblent avoir porté fruit», conclut M. Merciari.

Articles similaires