Rosemont

Aucune confirmation pour le Centre intégré de cancérologie de l’HMR

Photo: Josie Desmarais/Métro

Alors que les experts de la santé prévoient une augmentation de 133 % des cas de cancer dans l’est de Montréal, le ministre Gaétan Barrette ne peut garantir que le Centre intégré de cancérologie de l’HMR fera partie du Plan québécois des infrastructures 2016-2026 du ministère.

Rappelons que ce projet vise à regrouper sous un même toit les divers services aux patients en oncologie.

Sur le territoire desservi par l’HMR, on retrouve l’incidence la plus élevée du cancer du poumon et du cancer colorectal, de même qu’une mortalité plus élevée pour tous les types de cancer, selon les dernières données de l’Agence de santé publique de Montréal.

La Fondation de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont a déjà recueilli plus de 8 M$ sur les 12 M$ qu’elle entend investir dans ce vaste projet de 32 M$.

Aux yeux du ministre Barrette, «le projet est important, mais il faut tenir compte de la réalité budgétaire du gouvernement du Québec», répète-t-il.

En campagne électorale, en 2014, le Parti libéral du Québec s’était engagé à réaliser la modernisation de l’HMR (dans lequel figurait le projet de Centre intégré de cancérologie), un projet essentiel pour les 670 000 citoyens desservis par cet établissement construit dans les années 1950, rappelle le député de Rosemont, Jean-François Lisée.

«Le gouvernement a fait de belles promesses. La population de l’Est attend cette modernisation depuis plusieurs années. À terme, il aura fallu au moins 10 ans pour que ce projet se réalise.

«Dans le prochain budget, les sommes doivent être débloquées; 2016 est l’année de vérité pour les libéraux», fait valoir M. Lisée.

 

 

Articles récents du même sujet