Saint-Laurent
11:18 10 janvier 2020 | mise à jour le: 10 janvier 2020 à 11:18

Marwah Rizqy: dompter la croissance démographique de Saint-Laurent en 2020

Marwah Rizqy: dompter la croissance démographique de Saint-Laurent en 2020
Photo: Nouvelles Saint-Laurent News – Laurent LavoieMarwah Rizqy a été élue sous la bannière libérale en 2018.

L’année 2020 sera l’occasion de mieux aborder la croissance démographique de Saint-Laurent, estime la députée provinciale libérale Marwah Rizqy. Plusieurs enjeux connexes tels que l’aide à la petite enfance, les soins de santé et le transport devraient aussi être surveillés de près.

Les services de santé se trouvant dans Saint-Laurent et ses environs accueillent une quantité considérable de patients provenant d’autres secteurs. 

Selon les données du CIUSSS du Nord-de-l’Île, 39% des épisodes de soins de l’Hôpital du Sacré-Cœur-de-Montréal ont été donnés à une clientèle provenant de Laval, des Laurentides et de Lanaudière pour l’année 2017-2018.

«Si on a un 25% additionnel [de patients], un moment donné va falloir avoir 25% de financement additionnel aussi. Sinon c’est les Laurentiens qui n’ont pas leur part», estime Mme Rizqy. 

L’Hôpital du Sacré-Coeur a par ailleurs fait la manchette en 2019, alors que le Centre de prélèvement d’organes (CPO), l’un des principaux de la province, a été fermé. 

La députée espère renverser la vapeur et le remettre sur pied. 

«[Le CPO] est assez unique au monde, tellement que des gens viennent de partout dans le monde pour prendre cette expertise», soutient-elle.

Par ailleurs, le projet d’une nouvelle clinique médicale sur le boulevard Gouin Ouest serait dans l’air, affirme Mme Rizqy. 

Petite enfance

L’arrivée de nouveaux résidents met également beaucoup de pression sur les organismes offrants des services en petite enfance à Saint-Laurent. 

Ceux-ci ont y sont allés en novembre d’un cri du coeur, réclamant un meilleur financement après qu’une importante somme issue d’une entente gouvernementale avec la Fondation Lucie et André Gagnon leur ait été amputée.

L’accès aux services seraient difficile pour les nouveaux arrivants qui ne sont pas «dans le système» et qui ont demandé l’asile. 

«En définitive, ces enfants vont rester, alors aussi bien les intégrer tout de suite, dit Mme Rizqy. C’est quelque chose qu’on peut faire avancer de façon non partisane.»

Transports

Pour la députée libérale, il y a présentement une «fenêtre d’opportunité» pour que le prolongement de la ligne orange soit officialisé, soulignant que des fonds sont disponibles à Ottawa et que la machinerie est accessible. 

«Oui, ça va coûter de l’argent, j’en conviens, mais ne rien faire va coûter encore plus cher, parce que les embouteillages vont être monstres», dit la députée.  

Le prolongement de la ligne a de nouveau été réclamé en 2019, tant sur la scène municipale que par des organismes en mobilité, comme Trajectoire Québec

Articles similaires