Saint-Laurent

Prolongation du marché solidaire au parc Beaudet

Le marché solidaire au parc Beaudet est ouvert de 14h à 18h. Photo: Gracieuseté — CitéVert

Il sera encore possible d’acheter des fruits et légumes frais à prix réduit au parc Beaudet après le 1er octobre. Le Marché Du Collège ajoute deux nouvelles dates d’ouverture, les 6 et 13 octobre.

Le marché solidaire est tenu par VertCité, dans le cadre de l’initiative Cultures Urbaines. L’organisme a pu prolonger l’ouverture du commerce grâce aux conditions météorologiques s’annonçant clémentes ainsi qu’en recourant à un conteneur comme installation.

«L’année dernière, il fallait déplacer les tentes et les tables entre nos bureaux et le parc», explique la chargée de projet de Cultures Urbaines, Alexandra Fournier. La structure offre aussi l’espace pour entreposer un plus large éventail d’aliments.

Ajouter deux dates a été une décision récente, voire improvisée, relate la responsable. L’organisme a une quantité suffisante de provisions, et l’extension du permis auprès de l’arrondissement de Saint-Laurent a été rapide.

«Plusieurs personnes nous ont dit qu’elles souhaitaient profiter plus longuement du marché», ajoute Mme Fournier.

Les denrées proviennent de quatre producteurs locaux, soit Jardins Épicés à L’Île-Bizard, Hautes Herbes à Repentigny, Panier Futé à Montréal-Nord et Les Serres du Dos Blanc à Saint-Laurent.

Distance à pied

L’objectif du Marché Du Collège au parc Beaudet est d’améliorer l’accès en termes d’abordabilité et de proximité des légumes et fruits frais. Plusieurs zones de Saint-Laurent font office de désert alimentaire en la matière, exprime Mme Fournier.

Le projet Cultures Urbaines, qui en est à sa troisième année, s’appuie sur une étude de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal (maintenant nommée Santé Montréal).

Distance d’accessibilité

500 m
Pour mesurer la qualité de l’offre en aliments, l’enquête examine la présence d’un commerce dans un rayon de 500 m. Un service est dit «de proximité» lorsqu’il faut parcourir tout au plus 500 m à pied, soit 1 km aller-retour.

Publiés en 2014, les résultats de l’enquête présentent la répartition géographique de tous les commerces offrant des aliments santé ainsi que le statut socioéconomique des habitants.

La recherche notait que plusieurs des endroits où l’accès était excellent se trouvaient encerclés de milieux où elle était déficiente.

Au moment de l’étude, la totalité des résidents dans le voisinage de Cavendish ne pouvait se procurer des fruits et légumes à distance de marche.

Les secteurs les plus défavorisés se situaient autour de la Métropolitaine et de Chameran.

Le rapport avance que l’installation de nouveaux commerces ainsi que la mise en place de jardins collectifs et des marchés publics saisonniers peut produire des changements rapides.

Articles récents du même sujet