Saint-Léonard

Le pouce vert, la Léonardoise Elaine Bertrand l’a!

Le jardin d’Elaine Bertrand, résidante de Saint-Léonard
Le « petit bonheur vert » d’Elaine Bertrand, résidante de Saint-Léonard Photo: fournie par Elaine Bertrand

La créative Elaine Bertrand cultive avec affection son luxuriant jardin de Saint-Léonard, son «petit bonheur vert», où butinent allègrement abeilles, papillons et autres pollinisateurs. Y fleurissent des plantes comestibles, mais aussi médicinales, avec lesquelles elle confectionne ses propres produits de beauté tout naturels. 

Son amour des plantes l’a nourrie sa vie durant; elle l’a même semé chez ses deux enfants, qui, tout petits, l’accompagnaient au potager et qui ont aujourd’hui le pouce aussi vert que leur mère. «Quand mon fils a tiré pour la première fois sur une feuille, à 3 ans, et qu’une carotte est sortie de terre, c’était comme de la magie pour lui», raconte la jeune retraitée, qui a travaillé pendant 35 ans en santé communautaire et qui a toujours résidé à Saint-Léonard. 

La Léonardoise Elaine Bertrand enfant
Elaine Bertrand demeure à Saint-Léonard depuis toujours. Photo fournie par Elaine Bertrand

Fillette, Elaine observait elle-même avec fascination les fleurs poussant dans son quartier bien aimé, se réjouissant de voir ses parents à l’œuvre dans leur potager. Elle se souvient des nombreuses Italiennes qui, à l’époque, cueillaient les pissenlits dans les parcs de Saint-Léonard afin de transformer leurs feuilles en salade. 

Elaine Bertrand vous convie à l’atelier Les fleurs comestibles : de votre jardin à votre assiette le mardi 26 juillet à la bibliothèque de Saint-Léonard (elle y expose même des photographies en ce moment à l’espace citoyen!). 8420, boulevard Lacordaire 

Sensibiliser ses concitoyens  

«Tu n’as pas peur des abeilles?» Elaine discerne dans cette question maintes fois posée sur son jardin riche en pollinisateurs toute l’importance d’apprendre aux autres à prendre soin de la nature et de sa biodiversité. D’apprendre à percevoir l’asclépiade non pas comme une mauvaise herbe, mais comme une fleur essentielle à la survie du monarque. 

Elaine Bertrand
La Léonardoise Elaine Bertrand s’est instruite sur les plantes sa vie durant, par passion. Photo fournie par Elaine Bertrand

«Tout le monde ne peut pas investir une fortune en livres [consacrés au jardinage]», concède toutefois celle qui est photographe à ses heures. C’est pourquoi elle se réjouit que des ateliers soient offerts gratuitement à la bibliothèque du quartier, comme le sien sur les fleurs comestibles, ce qui « rend l’information accessible ».  

Réfléchissant à l’importance de l’éducation, l’éloquente citoyenne de 65 ans évoque ce jour lointain où elle a découvert, un matin, son jardin ravagé. Si les gens qui ont commis ce saccage avaient su toute la patience et le temps que requiert l’entretien d’un jardin, s’ils avaient eu conscience du monde grouillant de vie qu’ils décimaient, peut-être auraient-ils laissé son jardin en paix, estime Elaine.  

On revient toujours à l’éducation. Et, comme l’affirme la Léonardoise, «dans le domaine des fleurs, le sujet est infini». 

Le jardin d’Elaine Bertrand, résidante de Saint-Léonard
Le « petit bonheur vert » de la Léonardoise Elaine Bertrand. Photo fournie par Elaine Bertrand

Son «petit bonheur vert» d’Espace pour la vie  

En plus de faire partie du comité d’agriculture urbaine de Saint-Léonard, Elaine Bertrand participe depuis 2013 au programme Mon Jardin Espace pour la vie – dont elle est une formidable ambassadrice, à notre avis! Si l’on désire végétaliser sa cour ou son balcon, créer un jardin à la flore diversifiée, une oasis pour monarques ou oiseaux, ou un potager fleuri qui sustentera tant les animaux que les humains, ce programme constitue un terreau fertile de connaissances.

Besoin d’idées d’activités? Inscrivez-vous à notre infolettre Week-end!

Articles récents du même sujet