Saint-Léonard

La rue Jean-Talon Est a besoin d’air frais

La rue Jean-Talon Est, verdie.
Des bacs de verdure, certains accueillant des plants de fruits et légumes cultivables, ont été posés à plusieurs niveaux de la rue Jean-Talon, de chaque côté du boulevard Langelier, comme solution de verdissement temporaire. Photo: Adrien Banville, Métro Média

Plus de 700 000$ en projets de revitalisation seront injectés dans la rue Jean-Talon Est, selon le nouveau Plan d’action conjoint 2022-2024 de la Société de développement commercial Jean-Talon (SDC) et de l’Arrondissement de Saint-Léonard.

En plus de planifier des activités visant à stimuler l’attrait de la rue Jean-Talon, ces investissements seront aussi dédiés au verdissement de cet important îlot de chaleur léonardois qui a «terriblement manqué d’amour», selon la SDC.

Près de la moitié de cet investissement servira à verdir l’artère ainsi qu’à lui installer des guirlandes illuminées, à l’instar de plusieurs artères commerciales à Montréal, pour la rendre plus accueillante et dynamiser son développement commercial.

Il s’agit d’une initiative de la Société de développement commercial de la rue Jean-Talon à Saint-Léonard (SDC Jean-Talon), qui l’implantera d’ici 2024. Les 350 000$ requis pour le verdissement et les luminaires proviendront d’une demande de subvention au Fond canadien de revitalisation des communautés (FCRC).

«Il y a beaucoup de problèmes à corriger sur la rue, explique le directeur général de la SDC Jean-Talon, Pierre Frisko. [Par exemple], le fait que la rue soit trop large. Ici, on a 13,5 mètres; 11 mètres seraient assez. Pour les voies avec deux stationnements, deux voies de circulation, c’est assez. Et quand c’est rétréci, les gens circulent moins vite», explique le directeur, qui préférerait voir davantage de pistes cyclables et une circulation apaisée, qui profiterait selon lui davantage aux commerces.

Les jardins de Léon.
Les jardins de Léon, une composition de bacs de verdure cultivables. /CP: Gracieuseté, SDC Jean-Talon

En outre, une placette – aussi appelées « pocket place » – sera aménagée dans l’ancien stationnement du Pharmaprix pour créer un lieu où décompresser et se reposer, ce que le parc Ladauversière, situé en face, ne permet pas en raison de ses installations uniquement axées sur le sport.

«On veut aussi installer une placette éphémère avec des bancs, des luminaires et un brumisateur» explique M. Frisko, qui souhaite revitaliser l’artère en y développant une aire commune attrayante et confortable.

«Pour nous, l’idée, c’est d‘amener des gens sur la rue. Donc, s’il y a une place où ils trouvent ça agréable, ils iront peut-être manger une crème glacée. Cela est sous réserve qu’on ralentisse la circulation, qu’on aménage de beaux coins. [De plus], avoir des guirlandes lumineuses, ça aide à définir spatialement la rue. C’est beaucoup de travail pour rendre la rue chaleureuse», souligne-t-il.

Du temporaire jusqu’en 2029?

Selon l’Arrondissement, «le projet d’aménagement [de la rue Jean-Talon] a été mis en suspens à cause de l’annonce de la prolongation de la ligne bleue», compliquant les mesures de verdissement permanentes, sans pour autant les exclure.

«Le métro est [prévu pour] 2029. L’Arrondissement souhaite quand même que des aménagements soient temporaires ou permanents là où les travaux du métro n’affecteront pas le territoire», a expliqué à Métro un responsable des communications de l’Arrondissement, ajoutant que des conduits souterrains d’électricité et de gaz limitent aussi davantage l’aménagement de la rue.

«On a plusieurs bacs à fleurs, on essaie de faire attrayant avec tout ça qui se passe, a ajouté la conseillère de la ville portant le dossier de la revitalisation de Jean-Talon, Angela Gentile. On est en communication avec la SDC pour Les jardins de Léon [un projet de bacs de verdure]. Il y aura d’autres bacs, mais on [travaille] sur du temporaire et du permanent, a-t-elle affirmé. On a des rencontres, on se fixe un plan d’action, car il y a des investissements à faire», laisse-t-elle entendre.

Des commerces sur la rue Jean-Talon Est, dans l’arrondissement Saint-Léonard. / Josie Desmarais/Métro

Un verdissement malgré tout nécessaire

Principal îlot de chaleur de Saint-Léonard en dehors d’un secteur industriel, la rue Jean-Talon a besoin d’un peu de fraîcheur pour attirer les cyclistes et piétons, selon la SDC.

En attendant les arbres, la SDC a prévu installer des coroles en addition de plusieurs ombrelles. Ces coroles sont des structures végétales en forme de parasol, qui offrent une canopée et son ombre sans le besoin de prendre racine pendant plusieurs années pour pousser.

«C’est une invention française. Ce sont de bacs circulaires avec de la terre et des tiges métalliques qui sont déployées tout autour. On met des plantes grimpantes dedans et ça fait un super couvert végétal qui peut être déplacé. Ainsi, nous, dans le contexte actuel, ça nous permettrait d’avoir six à huit gros arbres à des endroits bien choisis, qui font un couvert végétal allant jusqu’à 50 mètres carré», se réjouit Pierre Frisko.

Cette végétation-là est toujours hyper appréciée», conclue-t-il, précisant que beaucoup de travail reste à faire, tant avec les commerçants que l’Arrondissement, pour voir le projet de revitalisation se concrétiser et voir Jean-Talon Est devenir un îlot moins chaud et plus chaleureux.

Des investissements d’ici 2024 pour Jean-Talon Est
– Verdissement et illumination de la rue
– Aménager la deuxième portion des Ombrelles
– Réaliser des projets de « pocket place »
– Aménagements transitoires sur le territoire de la SDC pour dynamiser et sécuriser Jean-Talon Est
– Fête des voisins
– Colloque des voisins
– Campagne globale d’actions saisonnières et ponctuelles visant à l’embellissement de l’artère
– Amélioration des vitrines et de l’affichage des commerces
– Amélioration de la propreté autour des commerces
– Nouvelle image de marque de Jean-Talon Est

37°C au soleil sur la rue Jean-Talon


L’équipe de Métro s’est rendue sur la rue Jean-Talon Est pour tester la température lors de la journée chaude et ensoleillée du 19 juillet. Les données récoltées ne laissent aucun doute sur son statut d’îlot de chaleur.

Alors que la température relevée par la station météorologique de l’aéroport Trudeau était de 28°C ce jour-là, le thermomètre affichait 31°C à l’ombre sur la rue Jean-Talon. Pourtant, dans le parc La Dauversière, à seulement 50 mètres de la rue, la température était bel et bien de 28°C à l’ombre. Une différence qui s’aggrave lorsque l’on mesure la température après cinq minutes d’exposition au soleil. Celle-ci grimpe alors à 37°C sur la rue Jean-Talon, contre 33°C dans le parc.

Un termomètre sur la rue Jean-Talon affichant 37 degrés celcius.
CP: Matéo Gaurrand-Paradot, Métro Média

Avec la collaboration de Matéo Gaurrand-Paradot.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de St.Léonard.

Articles récents du même sujet