Actualités
14:12 21 novembre 2019

Service alimentaire mobilisateur

Service alimentaire mobilisateur
Photo: Pablo Ortiz

Un an et demi après son ouverture, l’épicerie Le Détour installée dans le Bâtiment 7 à Pointe-Saint-Charles dessert 800 ménages tout en mobilisant 435 membres.

Dressant le bilan du projet, la coordonnatrice Marie-Claude Rose est fière de l’engagement des 235 bénévoles. «Ils travaillent avec cœur. Et ce qui me touche le plus, confie-t-elle, c’est leur conviction de vouloir passer à une autre forme économique que le capitalisme.»

Objectif atteint pour le Bâtiment 7

Ces gens de tout âge ont envie d’offrir trois heures de leur temps par mois. Le jour de notre passage, Anne, une maman de deux adolescents explique qu’en échange de son bénévolat, elle obtient une réduction de 15 % sur son épicerie.

Leur implication se traduit par des petits gestes. La cafetière est vide. Un consommateur la remplit. Sur une affiche, une date mentionne la dernière fois que les plantes ont été arrosées. Un bon samaritain va prendre un pichet d’eau pour les arroser.

Enfin, les gens viennent aussi pour des valeurs écologiques. Ils apportent leurs contenants et font des achats en vrac. Les aliments invendus sont réutilisés. Une fois par semaine, des bénévoles préparent des sauces à spaghetti ou soupes aux légumes.

«L’an dernier, nous avons eu des pertes alimentaires de l’ordre de 1,5%. C’est bien peu par rapport à 14% dans les grandes surfaces», note l’ancienne sociologue de formation.

La coordonnatrice de l’épicerie autogérée Le Détour, Marie-Claude Rose, dresse un bilan de ce projet auquel adhèrent 435 membres. Photo: Annie Bourque

Le Détour n’est pas une épicerie fine ni bio. On y trouve aussi des saucisses à hot-dog et autres aliments qui répondent aux besoins des gens, assure Mme Rose.

L’épicerie vise à donner un service d’alimentation à ceux qui habitent à un kilomètre à la ronde, alors que le quartier représente le désert alimentaire.

«Nous avions réalisé que l’épicerie de moyenne surface, la plus proche était à 1,5 kilomètre», illustre-t-elle.

Production locale

Des liens ont été créés entre les producteurs locaux et Le Détour. «On achète notre pain d’une boulangerie, La Bête à pain, non loin d’ici. Les pousses sont fabriquées à Pointe-Saint-Charles de même les tartinades de cacao», énumère Mme Rose.

Les fruits et légumes proviennent du marché central de Montréal. Le 15 septembre, son équipe a évalué que sur les 50 fruits et légumes en magasin, quelque 46 d’entre eux étaient produits dans un rayon de moins de 50 kilomètres.

Autonomie financière

L’ancien conseiller municipal Marcel Sévigny croit en l’avenir du Bâtiment 7, juste en arrière de lui et de l’Épicerie Le Détour. Photo: Annie Bourque

Marcel Sévigny, un des membres fondateurs de l’épicerie Le Détour, souligne que des gens osent aller à l’encontre des valeurs dominantes en s’investissant dans ce projet collectif. «Ce n’est pas nécessairement facile, dit-il, mais on réussit un certain de nombre de choses.»

L’épicerie Le Détour et le Bâtiment 7 représentent des modèles opposés à l’individualisme et à la quête de profits.

«Nous tentons de nous distancer de l’État qui maintient souvent les groupes communautaires sous forme de tutelle. On essaie de chercher une autonomie financière», mentionne M. Sévigny.

L’ex-conseiller municipal poursuit ses démarches pour faire déplacer deux projets de condos plus au nord de façon à laisser l’espace pour la création de jardins communautaires.

À l’intérieur du Bâtiment 7, on compte 17 types d’ateliers tels que sur la soudure, la mécanique, la céramique, le vélo et la peinture. D’autres projets sont dans les plans, dont une éventuelle garderie, la fabrication de cidre et la cueillette d’eau de pluie.