Verdun
14:52 7 septembre 2016 | mise à jour le: 7 septembre 2016 à 14:52 temps de lecture: 3 minutes

Un barbier sportif

Un barbier sportif
Photo: TC Media - Christine Emond

Les Verdunois peuvent se plonger le temps d’une coupe de cheveux dans un univers totalement sportif et plus masculin. Jonathan Frigon a aménagé son local pour faire en sorte que les hommes se sentent chez eux.

Le salon Tour du chapeau se spécialise exclusivement dans les coupes masculines. Le propriétaire souhaite y créer une communauté d’appartenance. Ouvert depuis une dizaine de jours, les clients s’y présentent surtout le soir.

«Ce que j’aimerais, c’est que les hommes plus âgés ou qui ne travaillent pas le jour viennent faire leur tour et qu’on reste à bavarder comme dans le temps», explique M. Frigon.

Figurines sportives, affiches, chandails et autres objets insolites à l’effigie d’équipes sportives ornent les murs de son salon. «Tout ça était chez moi dans une pièce et j’ai tout rapatrié ici, dit-il en riant, alors maintenant mon fils peut avoir sa propre chambre», blague le barbier.

M. Frigon ne lésine pas sur son offre. Il compte faire plaisir à ses clients en offrant des cafés et différentes autres boissons, en plus de leur offrir de regarder des matchs sur place.

Son salon est situé dans l’ancien local de T-shirt 24h, sur la rue de Verdun. Le commerce, qui a été la proie des flammes en mars, appartenait à son oncle. Il a saisi l’occasion de reprendre l’endroit, et l’a complètement rénové lui-même.

Nouveau départ

L’entrepreneur ne se dirigeait pas vers le métier de barbier, loin de là. Il a terminé son secondaire de justesse à 19 ans. «Au secondaire, je n’étais pas facile», se souvient-il en ajoutant s’être surtout repris en main grâce à sa conjointe, et maintenant son fils.

À la suite d’études en électricité, il a travaillé près d’une dizaine d’années sur des chantiers de construction.

Malgré de bonnes conditions salariales, cette vie ne lui convenait plus. «En électricité, il y a des risques tous les jours, et trop de mauvais côtés», explique le papa. Du jour au lendemain, il a quitté son emploi et est retourné sur les bancs d’école étudier en coiffure. Ses proches ne croyaient pas trop à son changement de carrière, mais il est maintenant bien installé et compte réussir.

Appuyé par sa famille, il soutient que nous n’avons qu’une vie, et qu’il faut suivre ses rêves. Le célèbre Ménick, qui a son salon sur la rue Masson depuis plus de 55 ans, a maintenant de la concurrence!

Articles similaires