Verdun

Verdir pour contrer les îlots de chaleur à Verdun

Verdir pour contrer les îlots de chaleur à Verdun
Photo: IDS/Verdun– Nassima Bennaceur

De nouveaux projets environnementaux sont mis sur pied chaque année pour réaménager les secteurs dominés par l’asphalte et ainsi, contrer les îlots de chaleur, un phénomène bien présent à Verdun. 

Le quartier Wellington-de-l’Église et le secteur sud de l’arrondissement sont particulièrement touchés. L’objectif est d’augmenter de 10% le couvert arborescent d’ici l’an prochain, ce qui correspondrait à environ 1650 arbres afin de créer des îlots de fraîcheur.

En 2017, le Bilan du plan arboricole affichait un total de 1371 plantations, représentant 8,4 % d’arbres répertoriés dans les lieux publics de Verdun. Cette initiative a contribué à améliorer l’indice de canopée qui est à 17 % pour l’arrondissement tandis que celui de Montréal s’élève à 20,3%. 

De plus, certaines rues vont être aménagées autrement pour que les chaussées asphaltées diminuent et laissent place à plus de verdure. Les nouveaux aménagements incluront des saillies végétalisées aux intersections, comme c’est le cas sur la 3e Avenue, dont les travaux sont en cours.

Implication citoyenne

Avec la Maison de l’environnement, les citoyens peuvent s’impliquer à verdir leur quartier. «On encourage les gens à planter des arbres, on en offre à prix modique, on est dans la mobilisation pour le verdissement», explique Paola Berestovoy, chargée de projet et chef de service chez Nature-Action Québec et responsable de la Maison de l’environnement.

Environ 50 d’arbres ont été plantés par des citoyens, sans compter les arbres avec les écoles tous les ans.

Ajoutons l’initiative des ruelles vertes qui vise à les ombrager, notamment en plantant des arbres dans les arrière-cours des propriétés.

On comptabilise 66 décès en 2018 dans la région de Montréal en raison de la chaleur. Quelque 20% des victimes seraient concentrées dans l’arrondissement de Verdun selon le bilan de la Direction régionale de la santé publique (DRSP).

L’isolement aggrave davantage la situation des personnes les plus en difficultés, comme les personnes âgées.

Le milieu de vie jour un rôle important. Selon la DRSP, 71% des décès ont eu lieu dans les appartements privés contre 16 % dans des résidences privées pour aînés.