Ahuntsic-Cartierville
06:00 2 juillet 2020 | mise à jour le: 2 juillet 2020 à 15:27 temps de lecture: 4 minutes

La problématique de l’isolement au travail

La problématique de l’isolement au travail
Photo: 123RFDes employés vivent de la détresse psychologique due à l’isolement au travail. 

Certains continuent le télétravail et prolongent ainsi leur isolement. D’autres sont retournés au boulot et, alors qu’ils avaient l’habitude d’avoir un contact avec le public, cela n’est plus au rendez-vous. Quelles conséquences peut avoir cet isolement au travail?

Notre santé mentale est plus vulnérable à cause de l’isolement qui est vécu par de nombreuses personnes au travail, fait savoir Angelo Dos Santos Soares, professeur au département d’organisation et ressources humaines à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). «On est pas juste en isolement au travail, mais aussi dans la société en général, dit-il. On est privé de tout le soutien social qu’on peut avoir habituellement dans notre quotidien et la vie devient beaucoup plus difficile.»

Un changeur dans le métro, qui a préféré garder l’anonymat, a vécu certains moments de détresse dans sa cabine. «Je peux passer la journée sans parler à personne alors qu’avant, j’avais des interactions tout le temps, tous les jours», dit-il. 

Seul à la maison et au travail, son quotidien est difficile. «Je suis quelqu’un qui est fait fort, je pense, mais j’ai braillé tout seul dans ma loge à un moment», témoigne-t-il.

Passer le temps

Plusieurs autres travailleurs de différents métiers ont trouvé le temps long, faute de clients. «Il y a alors une monotonie du travail et cela augmente la détresse psychologique», souligne M. Dos Santos Soares.

«On ne peut pas se priver des rapports sociaux à long terme, cela accentue notre vulnérabilité.»

-Angelo Dos Santos Soares, professeur à l’UQAM.

Dans le travail, les relations sont très importantes dans la socialisation tout comme pour la santé mentale. «En être coupé peut amener de la dépression chez certains. Il peut aussi y avoir un sentiment de désengagement qui s’installe», dit-il.

Cependant, il faut se rappeler que la situation existe dans le contexte bien particulier qu’est la pandémie. Selon le professeur, il faut se dire que la pandémie est quelque chose de temporaire.

«Ce qui n’aide pas, ce sont tous ces genres de discours qui disent que la vie ne sera plus jamais comme avant, explique-t-il. C’est presque insupportable pour les gens d’entendre cela parce qu’on se dit qu’avant, on avait sa petite routine et sans cela, on perd tous nos repères.»

Télétravail

Les collègues de travail ont plusieurs fonctions en plus du soutien social, qui se traduit entre autres par un sentiment de solidarité. Nos pairs nous donnent aussi des informations utiles et nous aident ainsi à accomplir notre travail.

«Quand on est tous ensemble au bureau, on va bâtir des rapports d’amitiés et bâtir ainsi notre réseau social», explique l’expert. Tout cela est bouleversé par la pandémie. Le soutien social en milieu de travail est important pour contraindre les effets négatifs sur la santé mentale.»

Le télétravail à travers les technologies permet d’avoir certaines interactions, mais cela ne peut pas remplacer les contacts physiques, souligne-t-il. L’isolement relié au télétravail existait bien avant la pandémie, même dans les années 1990.

«La solution est de retourner parfois quelques jours au bureau et de faire ainsi un mélange avec le télétravail à la maison, explique M. Dos Santos Soares. Beaucoup de gens ne sont pas prêts à faire cela de manière définitive. Si l’employeur l’impose, on est dans une voie où le télétravail est négatif pour l’individu, il faut que ça soit volontaire pour que ça soit positif.»

Bref, les relations sociales au travail sont nécessaires pour la santé mentale d’un individu et pour stimuler sa motivation dans son emploi.

Articles similaires