Île-des-Sœurs
17:22 4 janvier 2021 | mise à jour le: 4 janvier 2021 à 17:22 temps de lecture: 3 minutes

Isabelle Melançon: une volonté de taxer les GAFAM

Isabelle Melançon: une volonté de taxer les GAFAM
Photo: Josie Desmarais/MétroLa députée libérale de Verdun, Isabelle Melançon.

L’année 2021 aura assurément son lot de défis avec la pandémie qui continue de sévir. La députée provinciale de Verdun, Isabelle Melançon, continue de travailler sur des dossiers de sa circonscription comme la troisième école à L’Île-des-Soeurs ou encore assurer un suivi sur les travaux d’agrandissement de l’Hôpital de Verdun. D’autres enjeux retiendront aussi son attention à l’échelle provinciale.

La députée a été active dans trois principaux dossiers au cours de la dernière année. Elle a fait notamment des propositions à la Coalition Avenir Québec (CAQ) en matière de tourisme pour aider les hôtels. Mme Melançon s’est aussi impliquée en culture et communication, entre autres sur le sujet des GAFAM (acronyme pour Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft).

Un rapport a été déposé lors de la commission parlementaire sur l’avenir des médias. Mme Melançon a souligné qu’il y manquait des éléments importants, comme taxer les géants du web.

«Pour moi l’importance c’est de continuer d’avoir une information de qualité sur notre territoire. L’information et le savoir, c’est la démocratie.» -Isabelle Melançon

«Chaque fois qu’on a voulu exiger du gouvernement qu’il taxe les géants du web, ils ont refusé», dénonce-t-elle. Cette taxe serait imposée sur le revenu des compagnies et non au consommateur.

«Pour moi, on ne se sortira pas d’une crise tant et aussi longtemps que les Google, Amazon, Facebook et Microsoft de ce monde ne vont pas payer leur part», prône la députée.

Elle planche sur un projet qui inciterait les entreprises à payer de la publicité dans les médias locaux. «J’aimerais que si une compagnie décide de payer de la publicité dans le journal local, et non dans les GAFAM, qu’au bout de l’année [la compagnie] ait un crédit d’impôt sur ce qu’elle a donné», explique Mme Melançon. Cela fait partie des 20 recommandations du rapport sur l’avenir des médias de sa formation politique.

Isabelle Melançon prévoit talonner le gouvernement pour appliquer les recommandations de ce rapport. Elle aurait une proposition à présenter en début d’année sur l’avenir des médias.

Par ailleurs, dans la mire de la députée libérale pour cette année, la santé mentale. En 2018, Mme Melançon tentait de briser les tabous autour de la santé mentale. Maintenant elle estime qu’il faut passer à un autre niveau et aider les gens qui en ont besoin. «La santé mentale pour la prochaine année il va falloir mettre beaucoup l’emphase là-dessus», souligne-t-elle. Il va falloir travailler avec nos jeunes aussi».

Articles similaires