Île-des-Sœurs
05:00 29 avril 2021 | mise à jour le: 29 avril 2021 à 07:09 temps de lecture: 4 minutes

La vaccination des communautés autochtones va bon train

La vaccination des communautés autochtones va bon train
Photo: Denis GermainLa clinique de vaccination est aménagée à l’intérieur de l’auditorium de l’Institut Dougals.

La vaccination, offerte aux personnes des communautés autochtones à l’Institut Douglas depuis le 16 avril, fonctionne presque à plein rendement.Toutefois, rejoindre les personnes itinérantes autochtones demeure un défi.

Deux jours par semaine, le pavillon Douglas Hall se consacre à la vaccination des Inuits et aux bénéficiaires de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois (CBJNQ) vivant en milieu urbain. Le reste du temps, la clinique est utilisée pour inoculer d’autres clientèles comme le personnel de la santé ou les personnes avec une déficience intellectuelle et trouble du spectre de l’autisme (DI-TSA).

Toute personne qui se rend dans le territoire inuit est aussi admissible à la vaccination. Cela comprend par exemple les travailleurs saisonniers de la construction, des mines ou d’Hydro-Québec.

Le site de vaccination de l’Institut Douglas est un partenariat avec la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik. «C’est à leur demande qu’on a créé une clinique de vaccination. Il y a d’autres cliniques à Montréal qui traitent d’autres communautés autochtones», explique le directeur adjoint au programme de santé mentale et dépendances du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, Amine Saadi.

Il y aurait environ 2000 personnes issues de ces communautés à Montréal, ce qui inclut les autochtones urbains et les travailleurs.

Crédit: Denis Germain

Le centre vaccine environ 90 personnes par jour. Parfois, ce nombre chute jusqu’à 78, surtout les lundis qui sont moins achalandés. La capacité d’accueil du site de vaccination est de 114 personnes.

Les rendez-vous sont enregistrés à partir d’un centre d’appel situé au Nunavik, ce qui permet aux personnes issues de communautés autochtones de communiquer dans leur langue. Des interprètes sont aussi sur place à la clinique de Verdun pour faciliter la communication. Les indications à l’intérieur de la bâtisse sont affichées en trois langues, dont l’inuktitut.

Personnes en situation d’itinérance

«C’est un défi de rejoindre la communauté autochtone itinérante, admet Amine Saadi. Dans les prochaines semaines, on compte repartir dans les lieux que fréquentent les communautés itinérantes pour offrir la vaccination.»

Des travailleurs de rue du CIUSSS font aussi du repérage sur le terrain. Ils tentent de cibler des endroits où une clinique mobile de vaccination pourrait être érigée. «Si on identifie des zones qui nécessitent une vaccination mobile, on va la déployer sans problème. On en a quelques-unes sur notre territoire», indique M. Saadi. Elles sont pour le moment utilisées dans des quartiers où le taux de vaccination est faible.

De cette façon, l’administration espère rejoindre davantage de personnes en situation d’itinérance et du même coup, des gens issus des communautés autochtones. Ces groupes sont considérés comme plus vulnérables à la COVID-19 par le gouvernement, d’abord parce qu’il est plus difficile pour de nombreux autochtones d’avoir accès à des soins médicaux.

En 2017, 82% des Inuits vivant dans l’Inuit Nunangat (la majorité de la communauté vit à cet endroit) ont déclaré qu’ils n’avaient pas de médecin de famille.

Statistiquement, la population autochtone est plus sujette à des problèmes de santé qui augmentent le risque de complications liées à la COVID-19 comme des maladies pulmonaires obstructives chroniques.

Les vaccins sont difficiles à transporter et les communautés sont dispersées dans le nord du Québec.

Le site du Douglas administre pour le moment le vaccin Pfizer-BioNTech. Cela devrait changer avec les nouveaux arrivages du Moderna.

Les vaccins sont commandés une semaine en avance pour éviter les excès d’inventaire. Lorsqu’une fiole du vaccin est ouverte, elle doit être utilisée dans les six heures suivantes.

La clinique de vaccination de l’Institut Douglas sera ouverte au moins pour encore quelques mois. On ne sait pas encore si le moment venu la vaccination de masse se déroulera à cet endroit, puisque les deuxièmes doses sont aussi à prévoir.


 Pour prendre rendez-vous, téléphonez au 1-888-588-3335.

Articles similaires