Verdun
15:15 20 décembre 2012 | mise à jour le: 20 décembre 2012 à 15:15 temps de lecture: 4 minutes

L’hôpital de Verdun affiche un taux de mortalité supérieur à la moyenne canadienne

Selon une étude récemment publiée, l’hôpital de Verdun obtient la seconde place dans le palmarès peu glorieux des hôpitaux qui ont enregistré un taux de mortalité trop élevé en 2010-2011.

La performance de l’hôpital de Verdun n’est guère meilleure les années précédentes. L’établissement est sur le podium des pires centres hospitaliers depuis quatre ans, en ce qui concerne le nombre de décès, selon une étude de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS). La recherche de l’ICIS comprend les statistiques des années 2007-2008 à 2010-2011.

Trois autres hôpitaux du Québec ont enregistré des taux de mortalité supérieur à la moyenne, soit ceux de Gatineau, de Saint-Jérôme et de Trois-Rivières. 22 autres hôpitaux ont été étudiés par l’ICIS.

À noter que ces résultats sont publiés pour la première fois au Québec, en raison de différences méthodologiques dans la collecte de données.

Verdun : un cas à part

La directrice du CSSS du Sud-Ouest – Verdun, Sonia Bélanger, soutient que l’hôpital de Verdun est un cas à part. «On ne peut pas être comparé aux autres hôpitaux; notre clientèle est très différente. 42% des patients hospitalisés à Verdun sont âgés de 75 ans et plus. On dessert une population beaucoup plus vieillissante que les autres établissements», invoque Mme Bélanger.

Contrairement aux soins palliatifs, les soins de fin de vie sont comptabilisés dans l’étude. Ce que déplore Mme Bélanger. «Ces données nous ont défavorisés. Nous n’avons pas d’unité de soins palliatifs, mais nos médecins prodiguent quand même des soins de confort. En 2010-2011, 52 de nos 261 lits de courte durée étaient occupés par des patients en perte d’autonomie. Et nous avons été un des derniers hôpitaux à avoir reçu l’autorisation de transférer ces patients dans des centres d’hébergement», défend-t-elle.

Ces résultats font aussi réagir Paul G. Brunet, président du Conseil de la protection des malades. «L’hôpital doit mandater des gens pour trouver les causes des décès. Ça fait quatre ans que l’hôpital est en haut de la moyenne, la direction doit faire des recherches et en faire des suivis», affirme l’avocat.

Un travail qui est justement accompli annuellement, selon Mme Bélanger. «Nous analysons chaque année notre taux de mortalité et nous prenons des mesures pour le diminuer. L’étude de l’ICIS ne le montre pas, mais nous nous améliorons depuis 2011», précise-t-elle.

M. Brunet rajoute que le comité des vigilances et de la qualité devrait catégoriser les décès afin de déterminer si certains d’entre eux sont reliés à des accidents thérapeutiques (accidents qui ont blessé un patient ou qui ont causé sa mort à la suite d’un traitement ou lors de son hospitalisation).

Une démarche que le CSSS va réaliser prochainement. «On va éplucher le rapport avec le Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens du Québec et le comité de vigilances. Il y a un suivi qui va être fait», affirme la représentante de l’hôpital.

————

TABLEAU 1 (les performances de l’Hôpital de Verdun ces quatre dernières années)

• 2007-2008: 128

• 2008-2009: 126

• 2009-2010: 111

• 2010-2011: 121

————

TABLEAU 2 (Les quatre derniers rangs au Québec)

En 2010-2011:

• CSSS de Gatineau: 133

• Hôpital de Verdun: 121

• Hôpital de Saint-Jérôme: 116

• Pavillon Saint-Joseph, Trois-Rivières: 115

————

TABLEAU 3 (les meilleures performances au Québec)

• Centre universitaire de Sherbrooke: 74

• Hôtel-Dieu de Lévis: 77

 

:Source: ICIS

NB:Afin de comparer les résultats des hôpitaux, l’ICIS utilise un indicateur de performance, soit le nombre 100, qui représente la moyenne du taux de mortalité. Les hôpitaux ayant un taux trop élevé se retrouvent donc au-dessus de 100.

Articles similaires