Monde
08:27 8 janvier 2020 | mise à jour le: 8 janvier 2020 à 08:45 temps de lecture: 4 minutes

Le survol de l’Irak et l’Iran suspendu par plusieurs compagnies aériennes

Le survol de l’Irak et l’Iran suspendu par plusieurs compagnies aériennes
Photo: funlovingvolvo/123RFDes compagnies aériennes suspendent le survol de l'Irak et de l'Iran.

De nombreuses compagnies aériennes, dont Air Canada, ont annoncé mercredi des mesures de précaution concernant leurs vols au Moyen-Orient, et notamment la suspension de leur survol des espaces aériens iranien et irakien.

Ces décisions interviennent après l’envoi par l’Iran de missiles contre les bases d’Aïn al-Assad et d’Erbil en Irak, utilisées par l’armée américaine, en représailles à la frappe américaine qui avait tué à Bagdad le général iranien Qassem Soleimani la semaine dernière.

Dans le même temps, un appareil Boeing 737-800, s’est abimé après son décollage de l’aéroport de Téhéran. Les 176 passagers et membres d’équipage, dont 63 Canadiens, ont péri dans l’accident. Les causes du crash restent à déterminer.

Pas de survol de l’Iran et de l’Irak

L’agence fédérale de l’aviation américaine (FAA) avait interdit dès mardi soir aux avions civils américains le survol de l’Irak, de l’Iran et du Golfe, dans la foulée des attaques.

«Par mesure de précaution et dès l’annonce de frappes aériennes en cours, Air France a décidé de suspendre jusqu’à nouvel ordre tout survol des espaces aériens iranien et irakien», a indiqué un porte-parole de la compagnie française, contacté par l’AFP.

«Les plans de vols sont ajustés en temps réel en fonction des décisions des autorités françaises et régionales, partout dans le monde, afin d’assurer le plus haut niveau de sécurité des vols», a-t-il ajouté.

La compagnie néerlandaise KLM, qui fait partie du même groupe, a appliqué le même principe de précaution. «Tous les vols vers les différentes destinations d’Asie du sud-est et du Moyen-Orient seront assurées par des routes alternatives», a déclaré un porte-parole de KLM à l’AFP.

En Allemagne, Lufthansa a d’abord annulé son vol quotidien à destination de Téhéran avant de suspendre à son tour ses survols de l’Iran et de l’Irak. Une décision suivie à la lettre par ses filiales Swiss et Austrian.

La compagnie nationale polonaise LOT empruntera de nouvelles routes évitant l’Iran pour ses vols vers l’Inde, Singapour, le Sri Lanka et la Thaïlande notamment, sans que les horaires ou la durée des vols ne soient affectés.

Des compagnies asiatiques ont également suivi le mouvement: Singapore Airlines dévie ses vols qui doivent passer au-dessus de l’Iran, Malaysia Airlines déroute ses vols entre Londres, Djeddah et Médine pour également éviter l’espace aérien iranien.

Les compagnies aériennes annoncent détours et des retards

Certaines compagnies ont vu plus large, à l’image de Vietnam Airlines qui a annoncé que ses vols vers et depuis l’Europe allaient éviter les «zones d’instabilité potentielles» au Moyen-Orient. Leurs routes habituelles ne passent pas par l’espace iranien ou irakien.

Air Canada a simplement annoncé avoir changé ses plans de vol «pour assurer la sécurité de ses vols au sein et au-dessus du Moyen-Orient».

Pour l’australienne Qantas, le vol entre Perth et Londres survolera l’Asie plutôt que le Moyen-Orient et subira un retard d’une quarantaine de minutes.

Les vols d’Air India depuis Bombay devraient connaître les mêmes retards, tandis que ceux partant de New Delhi devraient s’allonger d’une vingtaine de minutes, selon la compagnie qui a, elle aussi, décidé d’éviter l’Iran.

Des vols annulés aussi

Au Moyen-Orient, Emirates a annulé ses vols à destination de Bagdad, imitée par la compagnie à bas coût flydubai, qui a cependant maintenu les liaisons pour Bassora et Najaf, dans le sud de l’Irak.

De nombreuses compagnies de la région avaient déjà suspendu des vols vers l’Irak depuis plusieurs jours après l’assassinat du général Soleimani, à l’image de Bahrein Airways ou Kuwait Airways.

EgyptAir a suspendu depuis mardi ses vols à destination de Bagdad, pour trois jours.

Articles similaires