Monde

Deux femmes qui parlent aux murs

Plutôt que de vous frapper la tête sur les murs – peignez-les! Des artistes brésiliennes ont pris les choses en main : armées de cannettes de peinture, elles font de leur pays un meilleur endroit pour les femmes. L’effet est saisissant. En voici un aperçu. (Lisez également Un féminisme mur à mur avec les reines du graffiti)

Feminist graffiti_ananda nahu_Angela Davis_SLIDESHOW1Libération des Noirs. Angela Davis
Angela Davis est une icône du mouvement de libération des Noirs des années 1960. L’artiste Nahù raconte : «Mon œuvre cherche à montrer la puissance et la dignité des femmes, sans nuire à leur image. En d’autres mots, la force des images, c’est les femmes elles-mêmes.»

Feminist graffiti_ananda nahu_SLIDESHOW2Pionnière du tatouage. Maud Wagner
Au tournant du XXe siècle, Wagner a brisé tous les tabous en devenant tatoueuse. Le travail de Nahù montre Wagner avec ses propres tatouages.

SONY DSCLouve solitaire. Ananda Nahù
Nahù confie qu’elle ne fait pas confiance aux groupes de défense des droits des femmes. «Personne n’a de respect pour la gent féminine. PERSONNE», dit-elle.

SONY DSCMusée à ciel ouvert.
L’art de rue de Panmela Castro Castro – dont le nom d’artiste est Anarkia Boladona – donne un aspect de peinture à ses graffitis. Elle montre également à des femmes démunies à devenir graffeuse.

Feminist graffiti_Panmela Castro_SLIDESHOW5Wonder Woman. Castro et la peinture.
Panmela Castro invite les femmes à son atelier pour leur enseigner le graffiti, mais surtout pour leur apprendre leurs droits. Les femmes ignorent souvent que c’est criminel lorsque leur mari les frappe.

Feminist graffiti_Panmela Castro_SLIDESHOW6Penser. Féminisme à l’œuvre.
Panmela Castro et d’autres artistes graffeuses féministes veulent que leurs œuvres ouvrent le dialogue et pro­voquent des changements au Brésil.

Articles récents du même sujet