In Libro Veritas

Le retour du Bloc

Le retour du Bloc

Plusieurs, dont moi, l’avaient enterré à tout jamais. Et pour cause. D’abord, la maintenant célèbre rincée de 2011 due à la «vague orange», où une portion appréciable de Québécois devaient, de manière inattendue, délaisser son Bloc chéri et se jeter dans les bras de feu Jack Layton. La succession de Gilles Duceppe devait s’avérer ardue, Daniel Paillé et Mario Beaulieu quittant rapidement leurs fonctions, incapables de ressusciter la pertinence du parti auprès d’un électorat visiblement las. Sont ensuite venues, sous le règne de la caractérielle Martine Ouellet, d’incessantes disputes intestines. Celles-ci ont atteint leur point culminant lors du départ intempestif de la majorité des députés du caucus, partis créer une formation parallèle nommée Québec debout. Passons.

Pathétique spectacle, donc. Surtout lorsqu’il s’agit d’une institution. Celle des Bouchard et Duceppe. Celle qui a assuré, pendant près d’une vingtaine d’années, une voix forte à Ottawa. Celle qui a forcé, presque à elle seule, le gouvernement Harper à pallier le déséquilibre fiscal. Celle qui a fait pression sur celui de Chrétien afin que Québec puisse obtenir la compétence exclusive en matière de formation de la main-d’œuvre. Celle qui a amené Paul Martin à constituer la commission d’enquête Gomery, afférente au scandale des commandites. Celle qui a longtemps été la seule à défendre Omar Khadr, enfant-soldat pourtant torontois, alors que le reste de l’opposition regardait tout simplement ailleurs.

En bref, la contribution de ce parti, de cette institution, allait bien au-delà de la promotion de l’indépendance québécoise. Résultante? Nombre de Québécois tièdes ou frileux à cette idée votaient, allégrement et sans gêne aucune, pour la formation souverainiste.

Or, alors qu’il semblait probable que celle-ci allait livrer en octobre sa dernière campagne électorale, un revirement de situation tend à s’opérer : le Bloc est de retour.

L’arrivée d’Yves-François Blanchet à titre de chef y est, selon toute vraisemblance, pour beaucoup. Sérieux, pragmatique et rassembleur, ce dernier fait montre d’un leadership qui contraste drôlement avec celui de Ouellet, assimilable à un triste vaudeville. Sur toutes les tribunes, le nouveau chef, jouissant d’une certaine notoriété à titre d’ex-ministre et d’ex tout court, semble avoir dénoué le nœud gordien étouffant le règne de sa prédécesseure : oui, le Bloc assure et assurera la promotion de l’indépendance. Et oui, simultanément et dans l’intervalle, le Bloc défendra les intérêts du Québec à même la fédération canadienne. Cette posture, au demeurant classique et pleine de sens, permettra à la formation d’aller chercher le vote des nationalistes non nécessairement indépendantistes­.

Sérieux, pragmatique et rassembleur­, Blanchet fait montre d’un leadership qui contraste drôlement avec celui de Ouellet [et qui] assure aussi, de manière symbiotique, la cueillette de candidats d’envergure.

Ce retour au sérieux assure aussi, de manière symbiotique, la cueillette de candidats d’envergure. Au rang de ceux-ci figure, en haut de liste, l’ami Simon-Pierre Savard-Tremblay. Le genre de gars que tu veux dans l’appareil public. Brillant, engagé et affable, il a été un des dauphins de deux grands hommes d’État québécois, Bernard Landry et Jacques Parizeau. Fort d’un doctorat en socioéconomie, il est l’auteur d’essais qui dénoncent notamment les quelques entourloupettes propres aux ententes de libre-échange contemporaines, conclues d’ordinaire à l’insu du public. Pas inutile, disons. En bref, si ce genre de candidat continue à embarquer dans l’autobus de campagne du Bloc ou autres, ça devrait constituer un antidote intéressant, voire impératif, à une tendance où l’intellectualisme semble fuir l’arène publique. De quoi se réjouir.

 

Commentaires 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • bernard manseau

    bon texte m bérard

  • Robert Marquette

    Très bon témoignage ,ce Simon Pierre je le découvre ici a Saint Hyacinthe un homme facile d’approche et qui vas au devant des gens.

  • Marcel Coulombe

    J’ai décidé de laisser les canadiens (ROC) choisir leur premier ministre.
    Moi je vais voter pour le Bloc, car c’est le seul parti qui défend les intérêts du Québec. Eux ils n’ont pas à protéger leur électorat du Canada. Eux ils n’ont que les intérêts du Québec en tête.
    C’est, d’ailleurs, le cas dans le dossier de SNC-Lavalin, ainsi que dans le débat sur le projet le loi 21, tous les partis fédéralistes ne font que tourner autour du pot sur ces enjeux. De plus, aucun ne dénonce le ‘Québec bashing’, bien non ils doivent protéger leurs votes de l’Ontario, l’Ouest et les Maritimes. En résumé, ils ne travaillent pas pour nous et ne le feront jamais.
    Selon moi, une présence forte du Bloc à la Chambre des Communes démontrera à quel point les Québécois sont mal servis par cette fédération et les mobilisera.

  • Carolle Dufresne

    M. Yves-François Blanchet est un homme motivé, passionné, et déterminé. Un homme de parole, et non pas quelqu’un qui s’engage uniquement par la parole… Je me sens en confiance sachant que cet homme saura défendre l’intérêt des québécois. Merci M. Bérard pour ce texte et j’ai senti en vous lisant que le départ d’une nouvelle aventure était amorcée pour le Bloc et qui saura rallier bien des québécois.

Articles similaires