Carla Beauvais
10:21 20 janvier 2020

Violences sexuelles et littérature

Violences sexuelles et littérature

L’Union des écrivaines et des écrivains québécois se dit outrée des rapprochements faits entre l’affaire Gabriel Matzneff et celle d’Yvan Godbout. D’un côté Matzneff, auteur adulé et ouvertement pédophile, dont les livres racontaient ses conquêtes, ses délits au fil des pages.

Précisons que les ouvrages en question de Matzneff ne sont pas des œuvres de fiction. Il a fallu attendre la sortie du livre de Vanessa Springora, Le Consentement, pour qu’une soudaine prise de conscience collective condamne ses crimes. Matzneff est aujourd’hui frappé d’une enquête du Parquet pour viols commis sur mineur de moins de 15 ans.

De l’autre, Godbout risque 14 ans de prison pour production et distribution de pornographie juvénile pour des passages dépeignant le viol incestueux d’une enfant de 9 ans par son père dans son roman Hansel et Gretel.

Ces passages du livre n’ont pas plu à une enseignante qui a porté plainte à la police. Notons que le livre de fiction de Godbout ne fait en aucun cas l’apologie du viol ni de l’inceste, au contraire. Ce procès ne fait aucun sens, à mon humble avis.

Les débats entourant ces deux cas, m’ont rappelé ma première session à l’université. Dans un de mes cours, il fallait choisir un livre parmi une liste et disserter sur le contenu. Parmi les 60 titres, je ne sais pour quelle raison, mon choix s’est arrêté sur Histoire d’O (Pauline Réage).

Ce roman érotique raconte l’histoire d’une soumission féminine absolue. De la «dark romance» à l’état pur qui ne ménage pas les sévices sexuels que l’héroïne devra endurer. Je me rappelle encore mon malaise. Mon inconfort était palpable en tentant d’analyser de manière critique, et sans jugement, cette logique de désir, de fantasmes sadomasochistes et pornographiques. Je me demande si à l’ère #MoiAussi, il est encore acceptable de proposer Histoire d’O dans une liste de lecture universitaire.

Les livres de «dark romance» n’ont rien à voir avec Hansel et Gretel, mais le cas Godbout ravive les questions entourant la liberté d’expression des écrivain.e.s et des créateurs – créatrices en général.

Quelles sont les limites à ne pas (ou ne plus) franchir? La permissivité dans les arts est-elle allée trop loin ? Des scènes de violences sexuelles sur mineure ou des femmes non consentantes, même fictives, ont-elles leur place dans la littérature? Peut-on encadrer, policer l’imaginaire fictif des auteur.e.s? Comment peut-on réellement déceler le vrai du faux, le réel de l’imaginaire dans une œuvre de fiction?

Le droit à la liberté d’expression est indéniable, mais il faut, tout de même, s’interroger sur la banalisation de la violence faite aux femmes dans la littérature. Sans vouloir censurer l’imaginaire, il faut comprendre que ces représentations et ces banalisations ont des effets sur des victimes et perpétuent la culture du viol, même si aucune apologie du viol n’est explicitement véhiculée.

On dit qu’il faut parfois décrire la violence pour la dénoncer ou pour susciter une réaction et cette notion ramène à l’importance de l’intention derrière le choix d’un.e auteur.e de décrire ou pas en détail un viol, par exemple. À quoi servira cet étalage de violence? C’est la première question qu’ils ou elles devraient se poser.

Les époques, les mœurs et les rapports sociaux évoluent. Les écrivain.e.s, comme le reste de la société, sont appelés à s’adapter à ces nouveaux paradigmes. Ce n’est pas une atteinte à leur liberté d’expression, mais plutôt une invitation à être plus sensible au monde qui les entoure.