Carla Beauvais
08:53 4 mai 2020 | mise à jour le: 4 mai 2020 à 15:36

On s’en souviendra peut-être pas, mais…

On s’en souviendra peut-être pas, mais…

Benoit Dutrizac a peut-être pris congé de ses médias sociaux, mais sa sortie à l’encontre d’un commentaire d’un citoyen et enseignant engagé, risque de le hanter encore longtemps. En réaction à un tweet de cette personne nous exhortant à réfléchir sur nos préjugés et sur le sort des réfugiés (qui sont en première ligne, au risque de leur vie, dans notre lutte contre la COVID-19), Dutrizac a répliqué que ce commentaire était méprisant envers le peuple qui l’a accueilli et y est allé d’un «Va donc chier» bien senti. Ce commentaire est encore plus absurde quand on sait qu’elle est métisse, née d’un père sénégalais et d’une mère canadienne-française.

J’ai visité la classe de cet enseignant il y a quelques mois. J’ai eu la chance d’y offrir un témoignage sur mon parcours de vie pour motiver, et qui sait inspirer ses étudiants. Sa classe était majoritairement composée de jeunes issus de l’immigration. Je suis ressortie de là bouleversée par la fracture sociale bien visible entre ces jeunes et ceux et celles que je vois déambulé.e.s dans le quartier où je vis maintenant.

Ayant grandi à St-Michel dans les années 1980-90, j’ai été touchée de voir que les réalités et surtout les perspectives ne sont guère différentes qu’à mon époque. Familles monoparentales, pauvreté extrême, délinquance, difficultés académiques, profilage racial, racisme systémique, sont encore le lot d’une jeunesse laissée pour compte dans l’est et l’ouest de la ville.

Leurs parents occupent souvent des emplois précaires et sous-payés et pas uniquement parce qu’ils n’ont pas les diplômes pour faire mieux. Ces fameux travailleurs essentiels, invisibles il n’y a pas si longtemps, sont maintenant élevés au rang de héros national. On comprend mieux la fragilité de notre système sans l’apport de personnes qu’on regardait de haut. On réalise l’inter connectivité de nos vies et inévitablement de notre survie.

***

La pandémie que nous vivons a la capacité de faire ressortir autant le bon de notre humanité que son côté sombre. Elle a réussi a dévoilé l’immense hypocrisie et notre aveuglement collectif face aux iniquités sociales. Elle a surtout dévoilé les failles de nos sociétés individualistes et capitalistes. L’histoire a démontré la capacité de l’humain à se relever de périodes de crise, à rompre avec le passé et à imaginer un nouveau monde. Cette pandémie ne fera pas exception. On peut voir la pandémie COVID-19 comme un événement-fracture entre notre monde actuel et celui qui suivra. Il est impensable de penser qu’on puisse reprendre là où on était avant la crise.

Nos gouvernements ont une responsabilité à planifier la reprise, non pas d’un point de vue économique uniquement, mais d’un point de vue social. Il faudra investir dans notre système de santé et d’éducation sans oublier d’investir dans nos quartiers défavorisés. Il faudra reconnaître les diplômes étrangers, car la main d’œuvre locale de suffit pas.

«On comprend mieux la fragilité de notre système sans l’apport de personnes qu’on regardait de haut.»

Il faudra lutter férocement contre la discrimination. Il faudra combattre les iniquités salariales pour offrir à tous et toutes la dignité humaine. Il faudra repenser notre dépendance et valoriser la production nationale.

D’un point de vue citoyen, j’imagine qu’on devra revoir notre relation à l’autre. On devra apprendre à vivre en collectivité et développer un nouveau sens patriotique décomplexé. On laissera sûrement notre individualisme de côté et réévaluerons notre façon de traiter nos aînés. Cette pandémie va causer d’immenses souffrances personnelles qui nous obligeront à reconsidérer notre vraie nature et à découvrir de meilleures versions de nous-mêmes.

On ne se souviendra peut-être pas de ce tweet méprisable de Dutrizac, mais on ne pourra jamais oublier que pour combattre ce virus et gagner cette bataille, il a fallu la contribution de tous les citoyens québécois. Ni la race, ni l’origine, ni la religion, ni le sexe, ni le statut social n’ont été des facteurs d’exclusion pour sauver la vie de milliers d’individus et pour contribuer au maintien de nos services de base. Le Québec post COVID-19, c’est ensemble qu’on pourra le construire et c’est maintenant qu’il faut l’imaginer.

Articles similaires