Carrières

De l’espoir pour les agents de voyages

De l’espoir pour les agents de voyages
Photo: Métro

Il est si facile de nos jours de réserver des billets d’avion ou une chambre d’hôtel par l’internet qu’il est permis de se demander si les agents de voyages ont encore un avenir. Il semblerait bien que oui.

De plus en plus de voyageurs sont devenus leur propre agent de voyages et planifient eux-mêmes leurs escapades grâce à l’internet, qui regorge d’information sur les destinations les plus fréquentées. Une fois sa prochaine aventure choisie, il est facile de réserver et de payer grâce à des sites comme Travelocity ou Expedia. Ce n’est plus un phénomène nouveau, et on s’inquiète depuis 2006 que ces sites réduisent les perspectives d’emploi des agents de voyages.

De fait, la profession d’agent de voyages est en décroissance au Québec, d’après Service Canada. D’ici 2015, on prévoit n’avoir besoin que de 30 nouveaux agents par année, strictement pour remplacer ceux qui quittent le métier. Or, il y a encore un bon nombre d’établissements publics et privés qui forment les agents de voyages. La formation la plus commune est le DEP en ventes de voyage, offert au Centre de formation professionnelle Léonard-de-Vinci, à l’École des métiers de la restauration et du tourisme de Montréal et au John F. Kennedy Business Centre. Certains agents sont plutôt détenteurs d’une AEC, qui est offerte par le Collège LaSalle et par le Collège April-Fortier. Il y a plusieurs autres DEP et AEC disponibles à travers le Québec.

Il s’agit donc d’une grosse offre de formation pour un métier en décroissance. Mais peut-être devrait-on se demander si c’est la nature des compétences à transmettre qu’il faut remettre en cause plutôt que le nombre de formations. En effet, il est possible que les agents de voyages nouveau genre aient toujours de bonnes possibilités.

Alors que l’internet est un outil idéal pour organiser un voyage vers une destination très prisée, les choses se compliquent dès qu’on sort des sentiers battus. Les services d’un agent qui connaît bien les destinations plus «exotiques» peuvent alors s’avérer essentiels. Certains agents de voyages préfèrent d’ailleurs se présenter comme des consultants, dont le rôle est de vous conseiller sur les destinations à privilégier afin de vous fournir une expérience de voyage unique. Ils s’assurent également que tout se passe bien durant le voyage, surtout si ce dernier implique plusieurs escales.

Offrir ce genre de service demande évidemment plus de compétences. Ces consultants doivent connaître sur le bout des doigts les destinations et leurs spécificités. Ils ne peuvent plus se contenter de vendre des forfaits ou d’imprimer des billets d’avion, comme l’agent d’antan.  L’internaute peut très bien faire ça lui-même. Pour ce métier comme pour plusieurs autres, l’internet a donc pour effet de transformer les compétences requises et d’en élever le niveau. Espérons que les formations s’adaptent en conséquence!

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *