In Libro Veritas

Le dîner de cons

Le dîner de cons
Photo: Jacques Boissinot/La Presse canadienneCoalition Avenir Quebec MNA Simon Jolin-Barrette responds to reporters questions on the government transition, Tuesday, October 9, 2018 at the legislature in Quebec City. THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot

Sais pas pour vous, mais moi, il n’y a pas grand-chose qui me pince davantage qu’un politicien qui prend l’électorat pour un imbécile. Et en termes d’insultes à l’intelligence, le nouveau gouvernement caquiste s’est trouvé un porte-parole plutôt fort en gueule: Simon Jolin-Barrette.

Sitôt nommé ministre de la Démagogie par François Legault, celui-ci enchaîne les bêtises, sciemment ou par inadvertance, avec la régularité de l’horloge suisse.

D’abord, en promettant de congédier les juges refusant d’obtempérer à sa future loi sur le port de signes religieux. Comme si le législatif pouvait violer impunément la séparation des pouvoirs. Comme si la fonction judiciaire n’était pas protégée par quelques principes fondamentaux datant de Mathusalem, telles l’inamovibilité et l’indépendance institutionnelle.

Ensuite, en assurant que le même sort, c’est-à-dire un renvoi péremptoire, s’appliquera également aux fonctionnaires fédéraux. Ben oui. François qui congédie les employés de…Justin.

Maintenant, la petite dernière, de toute beauté elle aussi. Le tchador sera également prohibé pour l’ensemble des fonctionnaires québécoises. Vous en aviez pas marre, vous, de vous faire servir à la SAQ votre petit schnapp’s aux pêches par un tchador?!? Moi, pu capable. Vivement un gouvernement qui porte enfin ses culottes. Y a quand même des limites à faire rire de nous autres, me semble. Pis si la madame tchador est pas contente, eh ben qu’elle retourne dans son pays. En Musulmanie.

Note au ministre de la Démagogie: des tchadors, au Québec…il n’y en a pas. Nada. Dans le sens de zéro. Mais bon. Quoi de mieux qu’un nouvel épisode de «À soir, on fait peur au monde» afin de faire oublier certains trucs gênants. Par exemple la volonté de forer Anticosti, au moment où l’UNESCO s’apprête à inscrire celle-ci à titre de patrimoine mondial*. Appelons ça un hasard. Ou un hochet utile à attirer l’attention ailleurs.

-Reynald!?!?

-Quoi?

-Attention, un tchador!!

-Pis mon identité?!?

-T’inquiète pas, mon Reynald. Notre bon gouvernement va les interdire, sois tranquille.

-Ok, fiou, merci. Juste une question, par exemple: c’est quoi au juste, un tchador?!?

-Laisse faire ça, on s’en occupe.

-Ok merci !!

Certains rétorqueront, je les entends d’ici, que ouais, mais vaut mieux être prudents. On ne sait jamais. Ben oui. Pas fou. Petite anecdote: vous saviez qu’aux États-Unis, certaines facultés universitaires ont préparé un kit de survie en cas d’attaques de zombies? Vaut mieux prévenir que guérir.

En fait, si le gouvernement caquiste souhaite réellement légiférer afin de rassurer les craintes des bonnes gens, je suggère qu’il le fasse au moins sur des trucs concrets et existants. On pourrait ainsi lui fournir la liste. Moi, à titre perso, ben peur de deux affaires: la mort et les réunions. Si on pouvait les interdire, ça ferait bien mon affaire. Merci.

Morale de l’histoire? Jolin-Barrette nous convie manifestement à un joyeux dîner de cons. Libre à nous de refuser d’y assister. Et d’exiger une reddition de comptes sur le reste.

*Legault tergiverserait actuellement sur Anticosti. En espérant qu’il tranche du bon côté.

***

En ces temps ardus en termes de populisme, un petit mot pour vous inviter, chers lecteurs et chères lectrices, au lancement de mon prochain bouquin, lundi prochain. Il serait pour moi un grand plaisir d’échanger avec vous, enfin de vive voix, d’accord ou non d’un point de vue idéologique:) : https://www.facebook.com/events/283940772446219/

Articles similaires