Inspecteur viral

Non, un cargo d’aide aux réfugiés rempli d’armes n’a pas été intercepté en Grèce

Non, un cargo d’aide aux réfugiés rempli d’armes n’a pas été intercepté en Grèce

Décidément, il y a énormément d’islamophobes et de racistes sur internet qui aimeraient bien empêcher des réfugiés syriens de venir s’établir en Occident.

Il y a un seul problème: dire ouvertement qu’on est islamophobe n’est pas très bien vu en 2015. Comment peut-on alors faire pour s’opposer aux réfugiés sans s’avouer islamophobe?

Facile: on invente toutes sortes de bêtises sur les réfugiés, soit pour minimiser l’ampleur du drame qu’ils subissent, ou soit pour «prouver» qu’ils sont tous des terroristes.

Le tout nouveau produit de cette tendance néfaste: cet article du site Dreuz.info, intitulé: «Boum! Un cargo d’aide aux «réfugiés» bourré d’armes et de munitions intercepté en Grèce». (Remarquez les guillemets autour de «réfugiés». L’auteur de cet article nie la légitimité même des réfugiés. Ça en dit long.)

Ce qu’on affirme

On y raconte qu’un cargo, nommé le Haddad 1, a été intercepté au large de la Crête alors qu’il levait l’ancre vers la Libye. Des gardes côtiers grecs ont alors découvert qu’il y avait à bord des armes prohibées, ce qui est un gros problème, puisque la Libye fait l’objet d’un embargo sur les armes.

«Les armes découvertes, sans aucun document douanier, devaient servir à l’État islamique. Dormez tranquille braves gens, les médias sont là pour vous rassurer», peut-on lire, sans doute avec de la musique dramatique en arrière-plan. L’inspecteur viral vous en suggère d’ailleurs une pièce pour accompagner le reste de ce billet:

Une chose qu’on doit toujours se demander: mais où ce site prend-il son information? Dans ce cas-ci, l’auteur est gentil, il renvoie un lien à un article du fil de presse Reuters. Merci, l’ami!

Ce qui est vraiment arrivé

Si on lit l’article de Reuters, on voit que l’histoire de notre auteur est assez capillotractée («Tirée par les cheveux». Merci au beau-frère de l’inspecteur pour ce bijou de vocabulaire!). Aucune mention d’État islamique ou du fait que le navire transportait des conteneurs d’aide aux réfugiés dans l’article de Reuters, où notre auteur affirme avoir pris son information.

Tout au plus, on peut lire que le Haddad 1 transportait des matériaux de construction à destination de la Libye. Les armes, selon un officiel turc, s’en allaient plutôt vers le Soudan. (En passant: le navire transportait aussi des cigarettes de contrebande. Est-ce que le plan était de s’arranger pour que les «réfugiés» entrent en Europe avec des cigarettes de contrebande, puis fassent s’effondrer le marché du tabac européen avec leurs clopes de fortune? OMG! Peut-être!)

Donc en gros, l’histoire, c’est qu’un navire tentait de faire de la contrebande d’armes soit en Libye ou au Soudan. On peut bien penser ce que l’on veut de la contrebande d’armes, mais cette histoire n’a absolument rien à voir avec la crise des migrants.

«Zéro puis une barre», comme dirait l’inspecteur.