La bise

Bonnet d’âne

Bonnet d’âne

Galipettes, virevents et petits ventilateurs de poche à tous! Avez-vous profité de la très momentanée petite fraîche qui nous donna une pause de vapeur de visage? La piscine publique tout près de chez moi s’est transformée en mer de corps inertes gisant en son pourtour bétonné, tâchant de ne pas trépasser de chaleur en attendant leur tour d’aller faire une saucette dans le pas-creux, pendant que le reste d’entre nous a mordu dans un morceau de cuir en attendant que ça passe, la mâchoire accrochée à toute forme de liquide un peu frette (je vous confirme que l’eau du radiateur donne le vertige et l’endormitoire).

Dans la foulée de la course aux petits boires frais, j’ai vu passer sur Facebook une image qui m’a sacré un coup de pelle au visage. On y apercevait plusieurs palettes de caisses de bouteilles d’eau empilées les unes sur les autres dans un Costco ontarien, et le libellé nous chuchotait : «Voici 73 872 bouteilles de plastique. Le livreur m’a dit qu’elles seraient toutes vendues d’ici trois jours, maximum.» Le bilan ne doit guère être plus séduisant dans les succursales québécoises; plus de 70 000 bouteilles en trois jours. Dans UN SEUL magasin. Dans un pays possédant les plus vastes réserves d’eau douce au monde. Il n’y a pas de quoi danser la conga en se félicitant l’hydratation.

Je suis toujours sur les miches quand j’aperçois quelqu’un charger le coffre de sa voiture d’une caisse de bouteilles d’eau. Chaque fois, je me questionne sur sa destination : s’apprête-t-il à traverser le désert de Gobi? Collectionne-t-il les éditions limitées d’une telle eau filtrée par les eskers? Se contretorche-t-il simplement du fait que l’essentiel de ces bouteilles finira aux vidanges?

L’urgence de bannir les bouteilles d’eau de nos habitudes m’apparaissait pourtant claire. Bien entendu, parfois, l’achat d’une petite bouteille d’eau pas prévue au dépanneur est vital, même si remplie de remords et de promesses de chapelets.

Mais… des caisses? Vraiment? Je me souviens de cette dame pas peu fière, à l’épicerie, qui racontait à sa chum de femme que quand elle recevait la parenté, ça se passait comme à l’hôtel! Des belles serviettes roulées dans un panier d’osier, menthes sur l’oreiller et bouteilles (notez le S) d’eau sur la table de nuit. Dans. Une. MAISON.

Traîner une bouteille en inox dans sa sacoche est pourtant tellement tendance. Y en a avec toutes sortes de motifs, Suzie! Instagrammables comme un péché et qui, en bonus, garde tes nectars bien froids! Tu trouveras chaussure à ton légendaire style, ne crains pas. Bon, tu te sentiras peut-être moins chic que quand tu sapes ton eau de France, mais je te garantis, Suzie, que l’eau de ton robinet ferait saliver une couple de milliards de personnes qui n’ont pas ta chance (ni ton style).

Au Québec, on n’a absolument, mais absolument aucune, AUCUNE excuse de consommer ces bouteilles comme des cornets de frites. Et chaque crâne qui se gargarise d’eau des Fidji en ricanant que la vie est donc belle mérite d’être coiffé d’un bonnet d’âne orné d’un néon où l’on pourra lire «tarlais», le tout en beau lettrage fancy. La bise.

Articles similaires