La boîte à images
12:56 23 septembre 2019 | mise à jour le: 15 octobre 2019 à 10:44 temps de lecture: 6 minutes

Occupation Double : quand la diversité devient un stunt

Occupation Double : quand la diversité devient un stunt

Dimanche soir, V dévoilait le tapis rouge d’Occupation Double en Afrique du Sud après l’ajout d’émissions préparatoires cette saison à cette grande première. Il faut, semble-t-il, presser au maximum le citron de la propriété OD afin d’en extraire tout le jus possible et imaginable. Ainsi, il y avait des émissions avant la première et il y aura, cette saison, un extra après la diffusion en plus des émissions quotidiennes.

Bref, si vous voulez du OD, il y en aura souvent, voire tout le temps à V. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose puisque que la troisième saison depuis le retour sur une nouvelle chaîne connaîtra sans doute un succès similaire aux deux autres animées, elles aussi, par un Jay Du Temple habile et charmeur.

On peut d’ailleurs souligner le travail télévisuel admirable de l’équipe derrière OD. C’est bien rôdé, on sait exactement où on s’en va avec les participants, les intrigues, les maisons, les voyages, etc. Malgré l’abondance des heures à l’antenne, on trouve des façons efficaces d’accrocher l’auditoire et d’étioler le peu de contenu qu’ils ont à offrir quand on y pense. C’est tout à l’honneur d’une équipe sur la route qui fait des miracles avec du duct tape et des participants au verbe limité, pour le dire poliment.

Occupation Double : Afrique du Sud
Occupation Double : Afrique du Sud

Cela dit, ça ne serait pas honnête de faire une critique simplement télévisuelle d’Occupation Double puisqu’il y a des enjeux qui vont bien au-delà du petit écran. Cette saison en particulier, la production a annoncé la présence d’une première candidate trans et nous avons appris dimanche qu’un vote du public a catapulté la charmante Khate Lessard dans l’une des maisons sans passer devant le tribunal des garçons primates parachutés en Afrique du Sud avec quelques shooters et des bouteilles de Bulles de nuit à volonté.

Avant de parler de la présence de Khate à l’émission, je veux mettre l’emphase sur son discours et sa prestation dans le contexte de l’émission. La jeune femme est tout simplement inspirante et lumineuse quand elle parle avec une lucidité déconcertante de sa présence et de la possibilité bien réelle d’un vote «pour voir le show d’une trans à OD» de la part du public. Elle l’affronte la tête haute et sait que sa tribune, ultimement, servira d’inspiration à plein de jeunes aux prises avec les mêmes questions qu’elle. Là-dessus, c’est un sans-faute de sa part et j’aime qu’OD lui donne la tribune pour le faire.

Mais, puisqu’il y a évidemment un mais, tout ceci est dans le contexte où OD utilise cette différence afin de mousser son auditoire et l’intérêt des gens. Ce n’est pas malhonnête puisque ce n’est pas dissimuler dans les intentions, mais ça n’en demeure pas moins un terrain glissant devant lequel je suis moyen à l’aise.

Occupation Double jouera notamment la carte du «coming-out» beaucoup trop souvent à mon goût. Il y en aura un premier lundi soir avec les colocataires de sa maison africaine. Il y en aura assurément un deuxième dans l’intimité avec un garçon et possiblement un troisième devant tout le groupe, puisque l’auditoire est déjà au courant depuis le début de l’aventure. On parle ici de trois «coming-out» assurés avec la possibilité d’un quatrième puisqu’il ne faut pas exclure celui fait devant les caméras avant d’annoncer le vote du public pour les participantes surprises de la troisième maison.

Comme je disais, on presse le citron au maximum pour en extraire tout le jus. C’est malheureusement le cas avec Khate.

Il y a aussi le danger évident d’alimenter des réactions pas forcément positives lorsque la jeune femme se dévoilera aux candidats masculins qui n’ont pas vraiment fait l’étalage de leur ouverture d’esprit durant les quelques heures diffusées jusqu’ici. Nous avons eu des bruits d’animaux, des cris de joie, des rassemblements de meutes et du bombage de torse, mais de l’ouverture à la différence, pas vraiment. Même qu’on sentait déjà un inconfort chez certains quand on leur a annoncé que deux des participantes sautaient automatiquement dans l’aventure sans leur vote. L’une d’elles étant Khate, on pourrait vite se retrouver dans une situation où des hommes vont se sentir victimes d’être «pognés» avec une trans.

C’est ce genre de situation qui me fait peur depuis la diffusion d’OD et les commentaires sur les médias sociaux ne me donnent pas l’impression que les choses vont aller en s’améliorant.

Alors, peut-on en vouloir à OD d’utiliser l’ouverture pour faire un stunt? Je dirais que oui. Surtout que la production démontre abondamment dans la diffusion qu’elle est consciente des limites de leurs participants et de leurs tendances. La preuve, Khate n’aura jamais survécu au vote des garçons. Le vote du public était une façon habile de manipuler le résultat et de lui offrir sa place dans la maison.  Encore là, ce n’est pas malhonnête puisque la télé-réalité a toujours besoin d’une bonne poussée dans le dos pour décoller de la part de la production, mais c’est un peu malaisant quand le raccourci télévisuel se fait avec des enjeux sociaux quand même difficiles à aborder.

J’espère sincèrement que l’expérience d’OD aura des répercussions positives, mais je suis un sceptique de nature et j’ai un peu l’impression qu’on part de trop loin avec certains candidats. Qui vivra verra comme on dit, sauf qu’on aurait pu le faire sans en faire un cirque médiatique pour les cotes d’écoute.

Suivez Stéphane Morneau

Articles similaires