Culture

Vacances estivales pour les sports à la télé?

Vacances estivales pour les sports à la télé?
Photo by: Bleacher's ReportBaseball

Laissez-moi vous poser une question : consommez-vous autant de télé sportive en été qu’en hiver?

Au Québec, la réponse semble évidente. Avec la fin du hockey, le sportif de salon moyen range sa télécommande pour ne la ressortir qu’à l’automne au retour du CH. Une tradition précédant même le départ des Expos, car le Québec est hockey, qu’on le veuille ou non.

Sauf qu’ailleurs, l’été sportif n’est pas de tout repos et l’offre de nos deux chaînes spécialisées le reflète.

RDS et TVA Sports misent gros sur l’été, car la guerre des cotes d’écoute n’est pas qu’une affaire de patins et de tricolore.

Vous avez sans doute remarqué les publicités afin d’accrocher l’auditoire à son téléviseur même quand il n’y a pas de hockey. Avec l’Impact, les Alouettes, le baseball de la MLB, les sports de combat, les courses automobiles, le golf et le tennis – l’offre est variée et la compétition féroce.

Mais où sont les téléspectateurs?

Aux États-Unis, pas de soucis, des sommes faramineuses sont investies pour couvrir les « grandes » équipes de baseball (Yankees, Red Sox, Dodgers et cie) tandis que les courses sur le bitume, le Nascar en tête, rassemblent un auditoire farouchement fidèle.

Est-ce que nos chaînes spécialisées ratent la cible en offrant la même gamme sportive que nos voisins du sud?

Je n’ai pas de réponse à la question, sauf peut-être celle pointant vers les cotes d’écoute faibles de tous ces sports estivaux, toutes chaînes confondues.

En fait, existe-t-il une solution? Existe-t-il un vaccin contre la fièvre du hockey? Devrions-nous prendre des vacances estivales du sport à la télé?

Les questions sont lancées. Pour ma part, je ne suis pas de ceux qui modifient leur programmation télé une fois le mercure est à la hausse. Je suis de la vieille école – j’aime avoir du choix à même mon téléviseur.

Mais c’est difficile d’ignorer les nouvelles tendances, le « cord cutting », le désintérêt pour le baseball et le soccer télévisé au Québec (entre autres) et l’incroyable popularité des services « à la Netflix ».

Bref, les saisons influencent notre paysage télévisuel, ce qui rendra la guerre entre RDS et TVA Sports encore plus intéressante parce qu’après les gros canons (le CH), nous passons à la guerre des tranchées.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *